24/02/2016

Perché au sommet d'un arbre, un chat se jette sur le chien qui l'a coursé

11_video-chat-jetant-haut-arbre-chien.jpgPerché au sommet d'un arbre, un chat se jette sur le chien qui l'a coursé

 

La meilleure défense, c'est parfois l'attaque chez les félins...

 

Au jeu du chat perché, un chien a très peu de chances de sortir gagnant. La preuve avec cette vidéo relayée par le Mirror et qui en est à près de 60.000 vues sur LiveLeak en quelques heures.

 

On y voit un félin perché à trois mètres de hauteur dans un arbre, où l’a visiblement poussé un chien à sa poursuite.

 

Devant un homme hilare filmant la scène, le chat se jette alors sur son agresseur.

 

Le combat continue derrière un écran de poussière, puis le chat reprend sa course, suivi par son meilleur ennemi.

 

Avant de revenir au point de départ de la vidéo, le sommet de l’arbre. On vous laisse imaginer la suite.

 

 

 

perche-sommet-arbre-chat-jette-chien-course

23/02/2016

Il se demande pourquoi l'électricité de sa maison est défectueuse: il aurait préféré ne jamais en découvrir la cause

111-Snake-catchers 1.jpgIl se demande pourquoi l'électricité de sa maison est défectueuse: il aurait préféré ne jamais en découvrir la cause

 

Désagréable surprise pour un habitant du Queensland en Australie, lorsqu’il a essayé de voir de plus près pourquoi l’électricité de sa maison était défectueuse depuis quelque temps…

 

Un habitant du nord-est de l’Australie se demandait pourquoi, depuis quelques jours, l’électricité de sa maison était défectueuse. Lorsqu’il a voulu regarder de plus près ce qui clochait, et après avoir démonté un interrupteur, il est tombé nez à nez avec… un énorme python !

 

111-Snake-catchers 2.jpg

Effrayé, le propriétaire a alors appelé les secours. Un spécialiste s’est chargé de sortir la bête de sa cache : « J’ai dû faire deux trous dans le mur. Il avait très peur et était recroquevillé sur lui-même », a-t-il expliqué. En réalité, le serpent avait été blessé par un câble électrique, ce qui l’avait rendu inoffensif.

 

111-Snake-catchers.jpg

Pas venimeux, ce genre de serpent, qui, selon le Mirror, vit régulièrement dans les fondations des maisons en Australie, peut toutefois mordre ses victimes. Dans ce cas-ci, la terrible blessure du serpent le rendait totalement inoffensif.

 

Une belle frayeur tout de même...

 

 

 

il-se-demande-pourquoi-l-electricite-de-sa-maison-est-def...

20/02/2016

Un facteur attaqué par un groupe de dindes sauvages !

111_illustration-dindes.jpgUn facteur attaqué par un groupe de dindes sauvages !

 

L'homme s'est enfermé dans son véhicule car il était attaqué par les animaux sauvages...

Les services de secours de Hillsdale, dans le New Jersey (au nord de New York), ont reçu un appel très étrange mardi.

 

Un facteur demandait de l’aide après s’être enfermé dans son véhicule, car il était attaqué par sept dindes sauvages.

« C’est fou. Elles attaquent, mordent, elles pourchassent le camion, tout ! », s’est écrié le malheureux facteur qui faisait sa tournée, et dont les propos ont été enregistrés mardi par les services de secours.

 

La police est arrivée sur les lieux de l’incident, à Esplanade Drive, et a dispersé les animaux agressifs avec les sirènes de leur voiture, a rapporté mercredi CBS New York. Les dindes sauvages, habituellement paisibles, sont alors reparties vers les bois, précise NorthJersey.com.

Selon des experts cités par ce site, ces attaques de dindes se produisent dans des zones périurbaines où les animaux ne se sentent pas menacés par les humains.

 



facteur-attaque-groupe-dindes-sauvages

19/02/2016

Un "monstre" marin retrouvé sur une plage d'Australie?

11_2 Monstre -australienne.jpgUn "monstre" marin retrouvé sur une plage d'Australie?

 

Selon The Daily Telegraph, une gigantesque créature marine se serait échouée sur les côtes australiennes.

"P****n, qu'est-ce que c'est que ce truc ?" Comme le relate The Daily Telegraph, Ethan Tipper, un père de famille originaire de Newcastle, a posté une photo étonnante sur Facebook. Lors de son voyage en Australie, il aurait aperçu un "monstre marin" échoué sur les bords du lac Macquarie (près de Sydney).

L'information est à prendre avec des pincettes. Il est possible qu'il s'agisse d'un fake vu que l'authenticité de la photo n'ait pas été prouvée.

11_1 Monstre -australienne.jpg


Un "pike eel"? Un sabre noir?
Toujours est-il que Metronews a mené sa petite enquête. Selon un spécialiste, cette créature impressionnante serait un "pike eel" (une "anguille-brochet") capable d'atteindre deux mètres de long. Il rôde souvent dans les eaux australiennes.

11_2 Monstre -australienne.jpg


Pour un autre observateur,  "ce poisson ne ressemble en rien à quelque chose de connu". Ce serait un "prédateur de haut rang" vu sa taille et sa mâchoire. Ses yeux prouveraient qu'il vit en grande profondeur. Il se serait échoué en essayant de trouver du poisson. Ce "monstre marin" se rapprocherait de l'Aphanopus carbo (ou sabre noir), un poisson que l'on trouve entre 180 et 1700 mètres sous l'eau.
 

 

Un-monstre-marin-retrouve-sur-une-plage-d-Australie

Le retour du quagga, éteint puis ressuscité en Afrique du Sud

Le quagga, éteint puis ressuscité 0pt.jpgLe retour du quagga, éteint puis ressuscité en Afrique du Sud

 

Ils ressemblent à des zèbres qui auraient perdu une partie de leurs rayures : les quaggas ont disparu il y a plus d'un siècle, victimes des chasseurs, mais des scientifiques font désormais revivre l'espèce en Afrique du Sud.

 

Dans une vallée spectaculaire à deux heures du Cap, les visiteurs peuvent croiser ces animaux tout droit sortis des livres de contes : des zèbres, rayés noir et blanc du museau au ventre, mais brun clair uni sur le postérieur. En apparence, ce sont des quaggas, une sous-espèce du zèbre, qui broutent au pied des montagnes escarpées du Cap occidental.

 

Pourtant les quaggas ont disparu au XIXe siècle, massacrés par les chasseurs de l'ère coloniale - le dernier est mort dans un zoo à Amsterdam en 1883. Ce petit troupeau semi-rayé est le fruit du travail d'une poignée de scientifiques qui, depuis 30 ans, font se reproduire des zèbres des plaines moins rayés que les autres, pour concentrer les gènes "sans rayures".

 

La cinquième génération est en tout point semblable au quagga. Mais pourquoi tenter de le ressusciter ? "Il s'agit d'essayer de réparer, à petite échelle, un dégât écologique", explique Eric Harley, un professeur de biochimie clinique à la retraite. "Et aussi de pouvoir de nouveau voir ce bel animal qui vivait autrefois en Afrique du Sud".

 

Le quagga, éteint puis ressuscité 1.jpg

Le projet a été lancé par feu Reinhold Rau, un spécialiste d'histoire naturelle sud-africain né en Allemagne, qui avait fait analyser des échantillons de peau de quagga au South African Museum du Cap. Il avait alors découvert que l'ADN de cet animal était le même que celui du zèbre des plaines, à quelques rayures près - comme une différence de couleur des yeux chez les êtres humains. Sa décision était prise : il allait faire revenir le quagga.

 

Pas de zébroïdes

Les critiques n'ont pas tardé. Certains experts de la biologie y voient une opération de marketing et une interférence inutile avec la nature. "Nous ne faisons pas de génie génétique", se défend le professeur Harley. "Nous ne faisons pas du clonage, pas de transferts sophistiqués d'embryons... Il s'agit d'un simple projet de reproduction sélective. S'il s'était agi d'une espèce différente, l'idée n'aurait eu aucun sens et n'aurait pas pu se justifier", dit-il.

 

Pour apaiser le débat, ces nouveaux animaux ont été formellement nommés des "quaggas de Rau", afin de les distinguer de leurs ancêtres disparus. Mais quand le soleil se lève dans la réserve privée de l'Elandsberg, et quand les troupeaux traversent la vallée de Riebeek, le guide les montre du doigt pour le visiteur en énumérant simplement : "Voici les gnous... là-bas, des springboks et des élands (grandes antilopes, ndlr)... et là, des quaggas".

 

En kaki des pieds à la tête, le guide Mike Gregor, directeur du programme et manager de la ferme, dénombre 100 zèbres en tout dans le projet, dont 6 individus de la quatrième et cinquième génération considérés comme de vraies représentations de l'animal éteint. "Il y a toujours des polémiques avec ce genre de projet. Vous n'aurez jamais tous les scientifiques qui se mettent d'accord sur la bonne marche à suivre", relativise-t-il.

 

Le quagga, éteint puis ressuscité 2.jpg

La différence entre le quagga et le zèbre des plaines ? Le premier n'a pas de rayures sur l'arrière-train et sa robe est plus brune, affirme Eric Harley. Une différence d'apparence, pas de code-barre génétique. "En tout état de cause, les quaggas sont de retour. Le projet est un succès complet", se réjouit-il. Et qu'on ne lui parle pas des éleveurs qui font de la reproduction pour obtenir des impalas à flancs blancs ou des gnous dorés - animaux qui se vendent plus cher sur le marché du gibier rare.

 

"Nous ne sélectionnons pas des zèbres qui auraient des couleurs amusantes ou originales. D'autres le font ailleurs, où on observe des mutations attrayantes, mais la plupart des défenseurs de l'environnement n'ont que du mépris pour ces pratiques", dit-il. Les quaggas qui broutent de nouveau dans la vallée de Riebeek n'ont pas été soumis aux traitements qui permettent de donner naissance à des zébroïdes (croisement d'un zèbre avec un autre équidé, jument ou âne par exemple), qui sont des créatures hybrides en général infertiles. Les quaggas du XXIe siècle, eux, vont se reproduire.

 

Le-retour-du-quagga-eteint-puis-ressuscite-en-Afrique-du-...

Un ourson polaire découvre la neige pour la première fois

11.3_ourson-polaire-decouvre-neige-premiere-fois-toronto-canada.jpgUn ourson polaire découvre la neige pour la première fois

 

C’est le premier hiver de cet ourson de trois mois…

On ne connaît pas son nom mais il a pourtant déjà commencé à faire virtuellement le tour du monde. Un ours polaire de trois mois, qui a vu le jour au zoo de Toronto (Canada) et qui découvre la neige pour la première fois, fait fondre Internet et les médias depuis ce week-end.

 

Un peu hésitant au début, il prend vite de l’assurance

Dans une vidéo mise en ligne vendredi par le zoo de Toronto, on découvre en effet le bébé ours plus étonné et curieux qu’impressionné par le manteau blanc. Un peu hésitant au début, il prend vite de l’assurance et finit même par jouer dans cet univers tout nouveau pour lui.

Une posture si mignonne que les internautes sont rapidement devenus fans de ce petit ours blanc. La vidéo avait déjà été vue plus de 238.000 fois ce mercredi midi.

 

 

 

canada-ourson-polaire-decouvre-neige-premiere-fois

Les urgences d’un hôpital du Texas envahies par les chauves-souris

11.2_chauve-souris-geante.jpgLes urgences d’un hôpital du Texas envahies par les chauves-souris

 

Les animaux ont proliféré dans le bâtiment…

Les urgences d’un hôpital du Texas ont été obligées de fermer leurs portes en raison d’une invasion de chauves-souris, rapportent les médias américains. Dans un communiqué publié ce mardi, le Good Shepherd Medical Center de Longview a expliqué « qu’un grand nombre de petites chauves-souris » avaient trouvé refuge dans les murs et les plafonds de l’hôpital. Certaines se sont installées dans les zones d’arrivée des ambulances.

 

11.1_chauve-souris-geante.jpg

L’hôpital assure travailler avec la mairie pour déloger les chauves-souris. En attendant, qu’elles s’en aillent, le service des urgences a été fermé pour assurer la sécurité des patients et du personnel. L'opération de nettoyage pourrait prendre entre «2 et 2,5 semaines», selon les responsables de l'établissement.

 

urgences-hopital-texas-envahies-chauves-souris

18/02/2016

Attaquées par un chevreuil, elles croient leur dernière heure arrivée !

111-1 chevreuil.jpgAttaquées par un chevreuil, elles croient leur dernière heure arrivée !

 

Quatre promeneuses ont été chargées par un petit chevreuil particulièrement agressif dans le Rhône...

Ne vous fiez pas à leur apparence. Les chevreuils aux yeux de biche peuvent parfois se révéler être de vrais félins.

 

C’est la mésaventure survenue à un groupe d’amies dimanche après-midi à Saint-Didier-au-Mont d’Or, dans le Rhône. Alors qu’elles cheminaient sur un sentier forestier, les quatre femmes ont été attaquées par un chevreuil sauvage.

Au lieu de prendre la fuite, le petit animal s’est rapproché du groupe. Ce qui a attendri le groupe d’amies. Mais la bête, loin de chercher les caresses, s’est mise à foncer sur les promeneuses, faisant preuve d’une redoutable agressivité, comme le rapporte France 3.

 

111-2 chevreuil.jpg

Le corps à corps a duré un bon quart d’heure. Les femmes, à bout de force, ne savaient plus quoi faire pour calmer l’animal qui leur a infligé des coups de tête et de cornes. Profitant d’un moment de répit, elles ont fini par s’enfuir.

Interrogés par la chaîne de télévision, des chasseurs ont estimé que le petit chevreuil aurait pu absorber une substance psychotrope, modifiant ainsi son comportement. 

 

  

attaquees-chevreuil-pleine-promenade