31/01/2012

BMW Tandem, à mi-chemin entre une voiture et une moto !

bmw concept.jpgBMW Tandem, à mi-chemin entre une voiture et une moto !

 

Le designer italien Simone Madella est un vrai passionné de moto et ne cesse de présenter des concepts originaux. Il a récemment dévoilé sa nouvelle création. Il s’agit d’un véhicule à mi-chemin entre une voiture et une moto. Son nom : Tandem.

 

Tandem est un véhicule hybride conceptuel imaginé pour la firme germanique BMW. Extérieurement, il possède un cockpit compact couvert par une large vitre et supporté par quatre roues de moto. Il possède deux places montées l’une derrière l’autre, d’où son nom. La BMW Tandem embarque un moteur de 193 chevaux, le même que celui de la moto hypersportive S1000RR. Le véhicule affiche également une allure sportive et un design moderne. Sa cabine a été rendue légère pour maximiser les performances de l’engin. Avec son allure, BMW Tandem semble avoir été conçu pour les sports extrêmes. 

bmw concept 2.jpg

bmw concept,3.jpg

Le designer a également équipé le véhicule de deux chaînes pour les roues arrières, ce qui n’est pas monnaie courante chez BMW. Simone Madella n’est autre que le concepteur de la moto Peugeot 515.

 

bmw concept,4.jpg

 

tomsguide

« Findaroom », une application Facebook pour trouver son kot !

findaroom.jpg« Findaroom », une application Facebook pour trouver son kot !

 

Avec l’application Facebook « Findaroom », Maxime Havaux tente de concrétiser un projet ambitieux : rassembler toutes les annonces de location de kots et appartements à destination des étudiants.

« L’idée m’est venue grâce à ma copine. Il y a quelque temps, alors qu’elle cherchait une colocation sur Bruxelles, je me suis rendu compte que la plate-forme la plus utilisée imposait aux internautes de payer pour les différents services proposés. Du coup, je me suis dit que ce serait bien si on pouvait faire pareille mais gratuitement. C’est comme ça qu’est née l’application « Findaroom ». »

 

Le message clair, les propos limpides, Maxime Havaux, 26 ans, croit fortement en son dernier projet lancé fin 2011 sur Facebook. « Ce que je souhaite, c’est que les internautes, et les étudiants en particulier, puissent partager des annonces de location de kots ou d’appartements tout en profitant des fonctionnalités gratuites du plus grand réseau social au monde. »

 

Diplômé en relations publiques à l’université de Louvain-la-Neuve, le jeune Brabançon se tourne alors vers l’équipe allemande de « Jonial.com », celle-là même qui avait déjà créé la célèbre application Facebook « Premier League Prophet ». « Cette start-up regroupe trois informaticiens, explique Maxime Havaux. C’est eux, John, Nigel mais surtout Alain, qui ont développé « Findaroom ». A moi de m’occuper du marketing et des contacts auprès de nos partenaires. » C’est que, pour se développer plus rapidement encore, « Findaroom » doit s’ouvrir à l’extérieur. Et se faire connaître.

 

Un win-win avec les agences

 

Avec près de 30 connexions par jour, l’application reste encore trop discrète sur Facebook. D’où l’importance pour son concepteur de se tourner vers des agences spécialisées. « Un des problèmes les plus récurrents dans l’immobilier sur le Net, c’est que l’offre est inférieure à la demande : pour un internaute qui poste une offre, il y en quatre qui cherchent un bien. C’est pour cette raison qu’on tente de séduire de nouveaux partenaires. Comment ? En leur créant leur propre application Facebook. » En échange de quoi, ces agences partagent leurs nouvelles offres sur « Findaroom ». Une sorte de win-win en quelque sorte.

 

Et comme les étudiants sont le principal public-cible Maxime Havaux, l’ancien étudiant de l’UCL s’est également tourné vers les instances dirigeantes de l’université néo-louvaniste. « Ce projet leur plaît parce qu’il abonde dans leur sens. Aider les jeunes à trouver un kot, voilà ce qui fait la force de notre initiative à leurs yeux. Rien que pour ça, avoir le soutien est important. Et puis, avoir l’UCL dans notre dos, ce n’est pas négligeable : ça peut nous permettre de toucher d’autres universités dans le monde et ainsi augmenter notre rayon d’action. »

 

La Nouvelle-Zélande dans le viseur

 

Déjà très actif sur Louvain-la-Neuve, le centre d’activité principal de « Findaroom », l’application de Maxime Havaux commence à se faire connaître à Paris et Madrid. « On n’a reçu quelques propositions pour ces deux villes, assure le jeune Brabançon. Mais on ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Dans peu de temps, je dois me rendre en Nouvelle-Zélande. Là-bas, je vais en profiter pour essayer de conclure un contrat avec de nouveaux partenaires. » Histoire de s’ouvrir le marché un peu plus encore.

 

Plus qu’un simple gadget Facebook, « Findaroom » cherche à s’imposer sur la Toile. « Nous avons les qualités pour faire de cette application quelque chose de très pratique pour les internautes. Les discussions instantanées, la visibilité accrue des biens, la possibilité de réagir en direct… Facebook offre tellement de possibilités qu’il serait dommage de s’en passer. » De là à penser que « Findaroom » puisse prendre la place des leaders sur internet, il y a un pas que ne franchit pas encore Maxime Havaux : « Il ne faut pas brûler les étapes. Je ne pense pas que notre création va par exemple tuer ou même concurrencer à outrance les autres plates-formes du type www.kot.be. Ces sites-là auront toujours une plus-value personnelle qui leur permettra de conserver leur affluence. Nous ne faisons qu’offrir un service supplémentaire. »

 

Prudent mais ambitieux, l’équipe de « Findaroom » vise déjà les 3000 clics par jour. En attendant, ses concepteurs continuent de travailler bénévolement.

 

lavenir.net

 

+ Testez l'application « Findaroom»

14:49 Publié dans info, Insolite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

2+, une citadine futuriste danoise

2+, une citadine futuriste danoise.jpg2+, une citadine futuriste danoise

 

Deux designers danois viennent de présenter un concept de voiture citadine imaginé pour les métropoles de demain. Baptisé 2+, le véhicule allie design et praticité.

 

2+ est une voiture électrique au design novateur, un brin futuriste. Pour cette citadine, on sort du schéma habituel avec les voitures biplaces de taille minime. 2+ possède quatre places dans un habitacle plutôt spacieux. L’absence de malle y est pour beaucoup.

 

Les deux places arrière peuvent remplir cette fonction lorsqu’elles ne sont pas occupées par des passagers. Le véhicule est doté de moteurs électriques au niveau de chaque roue. Tenant compte de l’encombrement dans les villes et de la difficulté à trouver un endroit pour se garer, les designers ont opté pour une voiture dont les roues peuvent pivoter à 90 degrés. Ainsi, 2+ peut se déplacer latéralement pour faciliter les choses.

 

Ces roues sont également dépourvues de pneumatique, à l’image du concept de Brian Russell, mais sont recouvertes de caoutchouc. Niels Grubak Iversen et son associé Marcus Hannibal sont les concepteurs du véhicule.

 

tomsguide

Les femmes garent mieux leur voiture que les hommes !

auto.jpgLes femmes garent mieux leur voiture que les hommes !

 

Une étude britannique publiée lundi vient contredire les stéréotypes: les femmes sont meilleures que les hommes pour garer correctement leur voiture dans un parking.

 

Le gérant britannique de parkings NCP a filmé pendant un mois quelque 2.500 conducteurs en train de se garer dans 700 de ses établissements. Les résultats sont sans appel: les femmes trouvent plus facilement une place, car elles conduisent plus lentement, alors que les hommes vont trop vite et ratent les places disponibles. Elles sont aussi meilleures pour se positionner devant la place et effectuer la manœuvre.

 

39% des femmes se garent en marche arrière bien soigneusement, comme le recommandent les auto-écoles, contre seulement 28% des hommes.

 

A l’arrivée, 52% d’entre elles sont garées exactement au centre de la place de parking, contre seulement un quart des hommes.

 

Une note globale a été attribuée aux conducteurs en fonction de leur performance: 13,4 sur 20 pour les femmes, contre 12,3 sur 20 pour les hommes.

 

Le seul domaine dans lequel les hommes font mieux est le temps mis pour se garer: 16 secondes en moyenne pour les hommes contre 21 secondes pour les femmes.

 

Le moniteur d’auto-école Neil Beeson, qui a mis au point le test, s’est déclaré “surpris” par les résultats, “les hommes étant généralement meilleurs lors des leçons de conduite”.

 

“Mais il semble que les femmes ont mieux retenu la leçon”, a-t-il reconnu lors d’une émission de télévision sur la chaîne privée ITV.

 

“L’étude semble aussi contredire le mythe que les hommes ont une meilleure appréhension de l’espace que les femmes”, a pointé le moniteur.

 

lameuse.be

Il tue son chien, regrette son geste et se suicide !

chien Nick Santino.jpgIl tue son chien, regrette son geste et se suicide !

 

Le nom de Nick Santino est inconnu chez nous, mais cet acteur américain est célèbre outre-Atlantique pour sa participation à différentes séries. L'homme, qui était âgé de 47 ans, s'est suicidé après une histoire tragique impliquant son fidèle compagnon, le chien Rocco.

 

C'est dans un immeuble à appartements de New York que vivait Santino, en compagnie de son chien Rocco, un pit bull avec qui l'acteur entretenait une forte complicité. Malgré le règlement de l'immeuble, qui autorise ses occupants à posséder des chiens, les voisins de Santino sont partis en guerre contre Rocco, et ont décidé de mener la vie dure à son maître afin de faire partir le chien du bâtiment, rapporte RadarOnline.

 

Si Santino supportait les coups bas et les plaintes de ses voisins les premiers jours, la vie est rapidement devenue très difficile à gérer pour lui. A bout de nerfs, l'homme a donc décidé d'emmener son chien chez le vétérinaire... pour l'euthanasier.

 

Mais Santino s'est très vite rendu compte de son énorme erreur et a été pris de remords. Il lui est rapidement devenu insupportable de repenser à sa décision et à son vieux compagnon, avec qui il entretenait une si belle complicité.

 

Pris d'une immense culpabilité, Santino a finalement décidé de rejoindre son chien, en se donnant la mort. Il a laissé un mot derrière lui expliquant les raisons de son acte. "Aujourd'hui j'ai trahi mon meilleur ami en le tuant. Rocco me faisait confiance et je l'ai trahi. Il ne méritait pas ça", a écrit Santino avant de se suicider.

 

L'homme avait adopté Rocco dans un refuge sept ans plus tôt, et avait toujours affirmé qu'il "n'avait pas sauvé Rocco, mais que Rocco l'avait sauvé".

 

(mlb/7sur7)

30/01/2012

On a retrouvé le "berceau" sibérien des Indiens d'Amérique !

indiens.jpgOn a retrouvé le "berceau" sibérien des Indiens d'Amérique !

 

La génétique vient au secours de l'archéologie : une équipe américano-russe d'anthropologues pense avoir trouvé dans une région de Sibérie le berceau génétique des Amérindiens, dont on pense qu'ils sont venus il y a environ 13.500 ans sur le continent américain en traversant le détroit de Béring.

 

Une petite région montagneuse du sud de la Sibérie serait le berceau génétique des premiers habitants du continent nord-américain, selon une équipe américano-russe d'anthropologues dont l'étude est publiée jeudi aux Etats-Unis.

 

Cette région, appelée Altaï et située au croisement de la Russie, de la Mongolie, de la Chine et du Kazakhstan, "est un lieu clé marqué par le va-et-vient de nombreuses peuplades depuis plusieurs milliers d'années", explique Theodore Schurr, professeur adjoint d'anthropologie à l'Université de Pennsylvanie, un des principaux auteurs de cette recherche parue dans le Journal américain de la génétique humaine. Certaines de ces peuplades seraient les ancêtres des tout premiers Américains et seraient arrivées il y a 20.000 ou 25.000 ans de l'Altaï, qui fait aujourd'hui partie de la Fédération de Russie. Issues de lignées génétiques asiatiques, elles ont traversé la Sibérie avant de franchir le détroit de Béring, qui n'était pas submergé par les eaux à cette époque, pour se retrouver en Amérique.

 

Le chromosome Y a parlé

 

Les chercheurs ont analysé l'ADN du chromosome Y (transmis par le père) chez les Amérindiens et chez les autochtones de l'Altaï du Sud, pour découvrir une mutation génétique unique dans la lignée partagée par les deux groupes. Des similitudes génétiques particulières ont également été découvertes dans le génome mitochondrial - hérité de la mère - de ces deux groupes, révèle l'étude.

 

Les auteurs des travaux ont en outre calculé combien de temps il a fallu pour que ces mutations apparaissent. Selon leurs estimations, la lignée Altaï a divergé génétiquement de celle des Amérindiens il y a 13.000 à 14.000 ans.

 

Leurs conclusions confortent celles des archéologues qui, à partir de la découverte d'outils préhistoriques notamment sur le site de Clovis, dans l'Etat du Nouveau-Mexique, avaient daté l'arrivée sur le continent américain des ancêtres des Amérindiens, en estimant que cet événement s'était produit il y a 13.500 ans.

 

tf1.fr

Photomaton teste un distributeur automatique de parapluies !

parapluie.jpgPhotomaton teste un distributeur automatique de parapluies !

 

La société Photomaton, spécialisée dans les cabines de photos d'identité, s'est lancée récemment dans le distributeur automatique de parapluies, choisissant des villes de la moitié nord, dont Paris et Brest, pour tester et valider son concept, a-t-on appris vendredi auprès de son responsable marketing.

 

La société Photomaton, spécialisée dans les cabines de photos d'identité, s'est lancée récemment dans le distributeur automatique de parapluies, choisissant des villes de la moitié nord, dont Paris et Brest, pour tester et valider son concept, a-t-on appris vendredi auprès de son responsable marketing.

 

"Nous avons volontairement été discrets pour ce test" de distributeur automatique de parapluies, a déclaré à l'AFP le responsable marketing de Photomaton, Emmanuel Giraud.

 

Il suffit d'introduire 4 euros dans le monnayeur de l'appareil pour que tombe dans le réceptacle un parapluie pliable fabriqué en Asie "pas à usage unique, mais dans la durée de vie moyenne des modèles pliables", a précisé M. Giraud.

 

Photomaton, qui a repris un concept du parapluie de dépannage d'Outre-Manche, a installé depuis mai 2011 ses appareils dans des gares à Paris-Montparnasse, Brest, Lille et Valenciennes, et depuis la fin de l'année à Lyon-Perrache, Mulhouse, gare du Nord et gare de Lyon à Paris.

 

Les distributeurs fabriqués en France, comme celui de Brest (210 jours de pluie par an) où une trentaine de parapluies sont vendus par mois, sont fixés sur les cabines de photo d'identité déjà exploitées par la marque.

 

Photomaton, qui va installer dix autres machines libre-service, notamment dans le métro à Paris, n'a pas souhaité communiquer le coût de l'opération.

 

tv5.org

16:55 Publié dans info, Insolite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Une école secondaire interdit les Ugg !

Une école secondaire interdit les Ugg.jpgUne école secondaire interdit les Ugg !

 

Une école secondaire de Pennsylvanie vient d'interdire le port des Ugg. La raison? Trop d'élèves y cachaient leur téléphone portable. Les jeunes peuvent cependant toujours les porter dans la cour, s'il fait froid, mais ils doivent changer de chaussures quand ils entrent en classe.

 

La nouvelle règle a circulé sur Facebook et a évidemment énervé les élèves. "C'est inefficace. Les jeunes vont tout simplement trouver d'autres endroits pour planquer leur téléphone. Et puis de toute façon, mon téléphone rentre dans mes baskets", écrit un internaute. La mère d'un élève ajoute: "Quand les écoles paieront pour habiller mes enfants alors peut-être qu'ils pourront avoir leur mot à dire sur ce qu'il y a dans leurs placards."

 

Dé.L.

7sur7