31/03/2013

Un million d'ordinateurs belges infectés par des logiciels nuisibles !

ordi infecté.jpgUn million d'ordinateurs belges infectés par des logiciels nuisibles !

 

On dénombre en Belgique plus d’un million d’ordinateurs infectés par des logiciels nuisibles, ce qui permet aux criminels de prendre le contrôle de la machine. Des ordinateurs belges ont ainsi été utilisés lors d’une attaque informatique de grande ampleur menée contre la Corée du Sud en 2009.

 

C’est ce qu’écrivent ce samedi les quotidiens De Standaard et Het Nieuwsblad.

 

«En piratant un ordinateur les criminels peuvent élaborer le profil complet d’un individu et obtenir le contrôle sur l’ordinateur lui-même», explique Luc Beirens, à la tête de la Computer Crime Unit de la police fédérale (FCCU). «Cela laisse également la porte ouverte à toutes sortes d’abus: pirater des comptes bancaires en ligne, demander de l’argent pour des ordinateurs prétendument bloqués, ...».

 

Selon l’entreprise espagnole chargée de sécurité sur internet Panda Security, 27 pc des ordinateurs belges sont infectés, ce qui concernerait environ un million d’ordinateurs. Un chiffre sûrement sous-estimé selon la FCCU car de nombreux ordinateurs ne disposent pas d’un bon scanner de virus.

 

En juillet 2009, Internet a été très lent durant plusieurs jours dans toute la Corée du Sud et de nombreux sites étaient indisponibles, dont des sites officiels du gouvernement. Selon le service d’information sud-coréen, la Corée du Nord était à l’origine de cette attaque.

 

Pour cette attaque de grande ampleur, il a été fait appel à des ordinateurs situés dans plusieurs pays, dont la Belgique. Ces ordinateurs se sont connectés en même temps, de manière ininterrompue, sur ces sites internet sud-coréens afin que le système plante. Cela concernerait au moins plusieurs centaines de machines en Belgique. Ces ordinateurs avaient été piratés à la suite d’une visite sur le site internet eternalmoonwalk.com - une initiative de Studio Brussel - qui proposait aux internautes de télécharger un petit film en hommage au Roi de la Pop Michaël Jackson.

 

Belga/sudinfo

19:10 Publié dans info, Insolite, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Miraculé, Chaussette a vécu un calvaire perdu dans les égouts !

Chaussette, un matou aux yeux d'or.jpgMiraculé, Chaussette a vécu un calvaire perdu dans les égouts !

 

Chaussette, un matou aux yeux d'or, a frôlé de très près la mort après avoir erré 15 jours sans manger dans les canalisations de la Tour-de-Peilz (VD). Un petit miracle a permis de le sauver in extremis.

 

On dit que les chats ont sept vies. Chaussette en a, c'est sûr, une de moins aujourd'hui. Chaussette, c'est un beau matou de 7 ans, au pelage noir et aux socquettes blanches, qui revient de loin. En effet, après avoir erré plus de 2 semaines dans les canalisations de la Tour-de-Peilz sans réussir à s'échapper, l'animal a été sauvé in extremis, par sa jeune maîtresse et des policiers.

 

«Tout a commencé le 6 mars dernier», raconte le père de la famille Crosa et propriétaire du chat, Philippe. Chaussette, qui a l'habitude de sortir mais qui revient tous les jours manger et dormir dans l'appartement, n'est pas rentré ce soir-là. «Nous l'avons appelé jusque tard dans la soirée. En vain.»

 

Des télépathes à la rescousse

 

L'inquiétude est immense car les jours suivants, Chaussette ne réapparaît toujours pas. «Nous l'avons cherché partout», se souviennent Charlotte et Anaïs, les deux filles de la famille.

 

«Nous l'avons appelé dans les rues tous les jours, fouillé toutes les caves du quartier, posé des affichettes, fait la tournée des magasins du coin, appelé le vétérinaire et les refuges.» En vain. En désespoir de cause, la famille, qui y croit toujours, fait même appel à des «télépathes» qui «voient» toutes deux le matou vivant mais sous terre. «Ma femme a également rêvé de lui dans les égouts», note le père.

 

Mais malgré tout, toujours pas de chat en vue. Jusqu'à vendredi dernier. «Ce jour-là, j'ai reçu un SMS d'une femme du quartier qui m'explique qu'elle a vu un chat noir avec des taches blanches ressemblant à Chaussette près de la gare. J'ai aussitôt envoyé ma fille Charlotte sur place», explique le père Philippe Crosa.

 

Miaulements désespérés

 

Charlotte part alors avec une amie à la recherche de son chat. Soudain, près de la gare, un faible miaulement. Elle cerne l'origine du bruit et s'approche d'une bouche d’égout en appelant l'animal. Les miaulements se font désespérés: Chaussette a reconnu sa maîtresse et l'appelle au secours.

 

Paniquée, Charlotte appelle le 117 et deux policiers viennent l'aider à secourir le matou. Ils soulèvent la plaque d'égout et le découvrent au fond d'une canalisation. L'animal tente de sortir, mais n'y parvient pas en raison de sa faiblesse extrême et de ses griffes qui n’adhèrent pas au plastique des tuyaux. Heureusement après 45 minutes d'efforts, la troupe parvient à extirper Chaussette de sa fâcheuse posture.

 

État très critique

 

«Il était sale, blessé, affamé et en état d'hypothermie», raconte la jeune femme, encore émue. «Il sentait terriblement mauvais, mais je l'ai enveloppé dans mon manteau, lui ai fait des bisous et je l'ai amené immédiatement chez le vétérinaire.» L'état de Chaussette est si critique que le praticien réserve son pronostic sur sa survie.

 

Aujourd'hui, Chaussette, qui est passé de 5 à 3 kg dans l'aventure, reprend peu à peu du poids et se remet de ses émotions, au chaud dans son foyer, entouré de l'affection de ses maîtres. Ses pattes, à vif, font peine à voir de même que sa queue. «Mais on le soigne et il va se remettre», affirme avec soulagement la benjamine de la famille, Anaïs, en cajolant l'animal. Tous remarquent désormais que le matou cherche les câlins et le contact, tout en étant devenu plus craintif.

 

«Un vrai miracle»

 

Philippe Crosa n'en revient toujours pas: «C'est incroyable d'avoir réussi à le retrouver vivant après tout ce temps. Car Chaussette est probablement entré dans les canalisations à la faveur des travaux effectués dans le quartier. Il errait dans les tuyaux et il a survécu en buvant uniquement un peu d'eau. Il n'en avait plus pour longtemps», explique-t-il. «Il a fallu qu'une voisine nous alerte sur la présence d'un chat, qui n'était pas Chaussette, pour que j'envoie ma fille dans le bon coin et qu'elle retrouve notre matou qui se trouvait par hasard là au bon moment. C'est tout simplement un miracle!».

 

tdg.ch

Une bétonnière pour mélanger les sauces dans un fast-food

Une bétonnière pour mélanger les sauces dans un fast-food.jpgUne bétonnière pour mélanger les sauces dans un fast-food

 

Les services sanitaires suédois ont fait une découverte étrange lors d'une inspection dans un fast-food: une mini bétonnière était utilisée pour mélanger les sauces, a indiqué jeudi un de leurs représentants.

 

«Si on n'achète pas de mixeur, on peut faire des économies et acheter un autre type de machine. Elles sont difficiles à nettoyer (...) et ce n'est pas une bonne chose», a expliqué à l'édition électronique du quotidien Svenska Dagbladet un des inspecteurs, Sven-Inge Svensson.

 

Il a constaté en visitant cet établissement de Hässleholm, dans le sud de la Suède, que le personnel ne s'inquiétait pas de voir la peinture de la machine s'écailler.

 

L'inspection avait été déclenchée après qu'un client eut signalé aux autorités avoir trouvé un boulon dans son kebab.

 

«Le boulon faisait partie d'un crochet qu'on utilise tous les jours (...) il a fini par tomber et s'est retrouvé dans le bac à kebab. Le boulon est noir, le kebab est noir: c'est pas facile de le voir», a raconté le propriétaire à l'édition électronique de Dagens Nyheter.

 

Il s'est équipé d'une nouvelle machine pour les sauces, a-t-il précisé, soulignant en passant qu'il débutait dans la restauration.

 

Les services sanitaires, en l'autorisant à rester ouvert, ont choisi de lui donner la chance de remédier à ses erreurs, selon Svenska Dagbladet.

 

lapresse.ca

14:31 Publié dans info, Insolite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Une voiture se retrouve sur le toit de la maison !

1 voiture se retrouve sur le toit.jpgUne voiture se retrouve sur le toit de la maison !

 

Le véhicule d'un homme du sud de la Californie s'est retrouvé sur le toit de la maison d'un voisin, dans un accident inusité survenu en fin de semaine.

 

La police de Glendale a affirmé à City News que le chauffeur avait perdu le contrôle dans une entrée dans un secteur escarpé.

 

Le véhicule a fait son chemin sur le toit de la prochaine maison en bas d'une colline.

 

Selon la police, le chauffeur a dit avoir eu un problème mécanique.

 

Le chauffeur, son épouse et le résidant de la maison voisine n'ont pas été blessés.

 

Une grue a été amenée sur les lieux pour retirer la voiture du toit, qui a eu des dommages mineurs.

 

lapresse.ca

Recalé à un télé-crochet, un homme de 70 ans menace de tout faire sauter !

micro_beau_0.jpgRecalé à un télé-crochet, un homme de 70 ans menace de tout faire sauter !

 

Mauvais perdant. Le Japonais Kazumi Yaoita, 70 ans, a été recalé à un concours de chant dans le cadre de l'émission télé Nodo Jiman (ndlr : Fier de ma voix). Convaincu de son talent, le septuagénaire n'a pas accepté son élimination par le jury.

L'homme a menacé par téléphone de faire sauter le bâtiment où sont enregistrées les émissions. La police est intervenue et le mauvais chanteur encourt désormais une peine de trois ans de prison.

 

La télé-réalité fait tourner bien des têtes, surtout les émissions de télé-crochet. Un Japonais de 70 ans décide de participer à l'émission Nodo Jiman, sûr de sa voix et de son talent. Pourtant, le jury ne l'entend pas de cette oreille et annonce par courrier au candidat à la célébrité musicale que justement, ses oreilles n'ont pas apprécié sa prestation. Kazumi Yaoita est donc recalé.

 

Il ne comprend pas la décision du jury

 

Le candidat ne comprend pas la décision du jury. Encore moins il ne l'accepte. Ses amis raffolent de ses prestations lors de karaokés. Comment se peut-il que le jury de l'émission de la télévision publique NHK ne reconnaisse pas son talent ?

 

Son sang ne fait qu'un tour. Le septuagénaire appelle les studios de NHK et menace de faire exploser le bâtiment en signe de désapprobation avec la décision prise à son encontre. La chaîne prévient immédiatement la police qui interpelle Kazumi Yaoita. Le papay (mauvais) chanteur risque désormais de casser les orielles de ses co-détenus puisqu'il encourt une peine de trois ans de prison.

 

directmatin

Fukushima : Google Street View visite une ville fantôme !

fukushima-google-street-view pt.pngFukushima : Google Street View visite une ville fantôme !

 

A la demande du maire de la ville, Google a envoyé des voitures afin de photographier la ville de Namie-machi, dans la préfecture de Fukushima, pour Google Street View. 

La ville a vu ses 21 000 habitants fuir leurs foyers depuis la catastrophe de mars 2011. Les autorités refusant aux habitants la possibilité de retourner vivre dans leur maison. Afin de témoigner de cet abandon pour les générations futures, le maire,Tamotsu Baba a demandé à Google de photographier les rues désertes et abandonnées de sa commune. « En travaillant avec Google, nous avons pu conduire des voitures Street View à travers Namie-machi pour capturer des images panoramiques de la ville abandonnée exactement telle qu’elle est aujourd’hui », écrit le maire 
sur le blog de Google. 

fukushima2.png


« Nous voulons que cette imagerie de Google Street View soit un enregistrement permanent de ce qu’il s’est passé à Namie-machi durant le tremblement de terre, le tsunami et la catastrophe nucléaire », explique Tamotsu Baba. Le résultat, éloquent, fait penser à une ville fantôme dans laquelle chaque rue abrite une maison effondrée, et est à consuter
directement sur Street View. 

 

fukushima3.png

fukushima4.png

fukushima5.png

 

tomsguide.fr

08:21 Publié dans info, Insolite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Jean Reno à la recherche de ses origines !

jean reno.jpgJean Reno à la recherche de ses origines !

 

Saviez-vous que Jean Reno s’appelle en réalité Juan Moreno, et est originaire de Cadix en Andalousie? Vous risquez de voir cette histoire adaptée sur grand écran très bientôt…

C’est l’acteur français le plus populaire au pays de Cervantès. Jean Reno, alias Juan Moreno y Herrera-Jiménez est certes né à Casablanca, mais ses parents sont originaires d’Andalousie, et plus précisément de Cadiz. Ils décident de fuir le régime de Franco et se rendent au Maroc, à Casablanca, où Juan naît en 1948, avant de gagner la France en 1960.

 

Le héros de Leon, des Visiteurs, que nous avions récemment rencontré pour la promotion du Jour des Corneilles, aimerait s’inspirer de son histoire familiale – celle de beaucoup d’Espagnols ayant choisi la France comme pays d’exil- pour en faire un long-métrage dans  lequel il incarnerait le personnage principal.

 

C’est Carlos Gomez, chroniqueur cinéma à Gala, qui serait en charge de l’écriture du scénario, selon le Parisien. Les deux hommes se sont déjà rencontrés plusieurs fois pour développer cette histoire espagnole, et en espagnol s’il vous plaît – Carlos Gomez étant lui-même d’origine ibérique. Le scénariste a visiblement été emballé par sa rencontre avec Jean Reno: «C’est un acteur charismatique qui est, avec Depardieu l’héritier du grand cinéma populaire incarné avant lui par Gabin et Ventura. C’est une chance incroyable pour moi, d’échanger avec cet acteur d’une telle renommée internationale, mais que l’on ne voit pas suffisamment en France à mon goût.»

 

Juan Moreno y Herrera-Jimenez – mais pourquoi diable a-t-il abandonné ce nom si sophistiqué?- ne met pas souvent en avant ses origines andalouses, et le grand public le croit plus volontiers italien depuis son rôle d’Enzo Maiorca dans le Grand Bleu. Mais il parle espagnol quasiment sans accent comme le confirment nos confrères d’El Pais. Dès 2006, il avait d’ailleurs laissé entendre qu’il ne refuserait pour rien au monde l’opportunité de tourner à Cadix. Jean Reno est par ailleurs très proche de Santiago Segura, acteur réalisateur à succès en Espagne avec qui il partageait l’affiche de Comme un chef, avec Michael Youn. L’Espagne n’a donc jamais été loin de son cœur ni de ses pensées.

En attendant ce beau projet à dimension affective, Jean Reno sera à l’affiche d’une série télé, Jo, coproduite par TF1 et diffusée dès avril. La deuxième saison aurait d’ailleurs déjà été signée et pourrait être tournée cet été.

 

gala.fr

06:50 Publié dans Cinema, Insolite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

30/03/2013

Les hommes et les femmes sont-ils si différents ?

femmes, hommes.jpgLes hommes et les femmes sont-ils si différents ?

 

Les préjugés, les stéréotypes sont tenaces. Pourtant, à l’analyse, il n’existerait pas autant de différences que cela, en termes de traits de personnalité, entre les hommes et les femmes.

 

Extraversion, empathie, ouverture d’esprit, amabilité, stabilité émotionnelle, conscience, ambition ou peur de la réussite, etc., etc. : « A quelques exceptions près, la variabilité de ces critères au sein de chaque sexe et le chevauchement entre les sexes est si large qu’il serait inexact d’utiliser les types de personnalité, les attitudes ou encore les indicateurs psychologiques pour caractériser les hommes et les femmes ». Voilà ce que concluent ces chercheurs de l’université de Rochester (New York).

 

Ni Mars, ni Vénus...

 

Ils ont passé en revue plusieurs dizaines d’études (regroupant un nombre considérable de participants) réalisées sur le sujet et posent donc le constat que la dichotomie nette, tranchée, entre les deux sexes ne résiste pas à la statistique, aux données scientifiques. Hormis (bien entendu) la morphologie, les particularités physiques, ainsi que quelques activités très spécifiques, peu de fractures distinguent les hommes et les femmes lorsqu'on aborde le sujet en termes de différence moyenne (ce qui ramène à la notion de variabilité au sein de chaque groupe).

 

Autrement dit, l’appartenance à un sexe n'implique pas la possession de l’un ou l’autre trait de personnalité et ne peut en aucun cas s'y résumer. Les auteurs parlent d’ailleurs, à propos des préjugés (latents ou pas), de « cadre simpliste dangereux » dans le contexte relationnel (que l’on peut envisager sur divers plans), au détriment le plus souvent de la femme ; empêchant même « de voir l’autre tel qu’il est », tant il est enfermé dans des stéréotypes. Le titre de leur étude est éclairant : les hommes et les femmes viennent de la planète Terre. Et non eux de Mars et elles de Vénus. Selon son expérience, chacun et chacune confirmera ou… nuancera.

 

[Source : Journal of Personality and Social Psychology]

passionsante

19:10 Publié dans info, Insolite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |