30/06/2013

PayPal conçoit une monnaie intergalactique.

PayPal conçoit une monnaie intergalactique..jpgPayPal conçoit une monnaie intergalactique.

 

Un hôtel spatial faisant le tour de la planète sera proposé dans 3 ans. Le service de paiement en ligne se prépare aux diverses dépenses quotidiennes que les touristes auront à leur compte.

Le service de paiement en ligne PayPal a indiqué mercredi qu'il était grand temps de concevoir une monnaie intergalactique qui serait utilisée par les voyageurs de l'espace, et a lancé une recherche en ce sens. "Il est temps à présent de planifier l'avenir (...) notre vision terrestre doit se transposer dans l'espace", a indiqué le président de Paypal, David Marcus.

 

L'initiative galactique de PayPal sera officiellement dévoilée jeudi à l'Institut SETI à Mountain View, ville située dans la Silicon Valley, avec la participation de l'astronome américaine Jill Tarter, spécialisée dans la recherche de la vie extraterrestre, et de l'ancien astronaute Buzz Aldrin.

Elle vise à réunir les parties pouvant jouer un rôle dans la commercialisation de l'espace et la conception d'un système financier intergalactique.

Que ce soit dans "Star Trek" ou dans "Battlestar Galactica", ils utilisent tous de l'argent, a indiqué Anuh Najar, le directeur de la communication de PayPal. "Nous sommes arrivés au point aujourd'hui où tout cela semble tout à fait normal aux scientifiques, aux différents gouvernements et à tout le monde", a-t-il ajouté.

 

Les astronautes qui vivent dans la Station spatiale internationale doivent payer des factures, même s'il ne s'agit que de livres ou de musique numérique.

"Je pense que si nous parvenons à trouver les moyens de travailler dans l'espace, nous allons, vous et moi, avoir envie d'y aller aussi", a estimé Jill Tarter, dont s'est inspirée l'actrice, réalisatrice et productrice américaine Jodie Foster pour son film "Contact" (1977).Paypal considère que des opérations comme Space X, ou Virgin Galactic dont l'ambition est de faire voler des touristes à la frontière de l'espace au moyen de vaisseaux spatiaux, nous ont familiarisé avec l'idée de tourisme spatial, et quand les touristes quitteront la terre, ils auront forcément besoin d'argent.

 

Un hôtel spatial faisant le tour de la planète sera proposé dans trois ans, et il faudra bien payer les pourboires et les différents services. "Dans la mesure où on commence à envisager d'habiter d'autres planètes, il faudra s'intéresser aux réalités pratiques de la vie" a déclaré David Marcus.

Le service en ligne PayPal a été créé il y a quinze ans, dans l'objectif de devenir une monnaie globale" a indiqué à l'AFP Hill Ferguson, le vice-Président de Global Product chez PayPal. "Au début on rigole et on pense que c'est dingue", a encore déclaré Ferguson, "mais l'exploration de l'espace et l'idée de le commercialiser est beaucoup plus proche qu'on ne croit".

 

 

lalibre.be

Vidéo : à 16 ans, elle ressemble à une femme de 60 ans !

16 ans.jpgA 16 ans, elle ressemble à une femme de 60 ans !

 

Atteinte d’une maladie génétique rare, une adolescente de 16 ans semblait nettement plus âgée avant une opération de chirurgie, qui lui a redonné ses traits inhérents à sa jeunesse.

 

 « Mamie », ou « Singe », voici les surnoms dont a été affublée pendant son enfance Zara Hartshorn, adolescente britannique de Rotherham. La jeune femme a hérité d'une maladie génétique rare de sa mère, appelée cutis laxa, accélérant le vieillissement de la peau. Seules 30 personnes au Royaume-Uni sont atteintes de cette maladie.

A 4 ans, la Britannique présentait déjà un excès de peau au niveau des joues et de sa mâchoire, a-t-elle expliqué au Daily Mail. Zara y raconte son calvaire vécu depuis son enfance, comme la fois où elle a été priée de descendre d’un bus avec son ticket pour enfant, ne pouvant prouver son âge, ou celle où elle a été prise pour une prof devant ses camarades.

 

Touché par l’histoire de la jeune fille, un chirurgien américain a décidé d’effectuer gratuitement une opération de chirurgie esthétique sur le visage de Zara.

 

Son rêve, posséder un salon de beauté

Aujourd’hui dotée d’un visage s’accordant avec son âge, la Britannique est désormais épanouie. Elle a rencontré l’amour en la personne de Ricky Andrews, et envisage même d’aller à l’université.

 

« Je ne ressens plus le regard des gens sur moi, a-t-elle confié au journal anglais. Je me sens enfin adolescente ».

Désormais, Zara, dont le rêve est de posséder un jour un salon de beauté, a avoué être prête à laisser le passé derrière elle, et à pardonner les personnes qui l’ont tourmentée toute sa vie. Avant de conclure : « Malgré mon jeune âge, je me sens plus vieille, en raison de tout ce que j’ai traversé ». 

 

 

directmatin.fr

Un écran composé d'air et d'eau !

screen-air-displair-water-display,E-O-390624-22.jpgUn écran composé d'air et d'eau !

 

Si les écrans interactifs évoluent pour être tactiles, voire flexibles, en voici un qui fonctionne autrement. Présenté en janvier dernier au CES de Las Vegas, le Displair projette des images formées d’air et de particules d’eau, offrant ainsi de nouvelles expériences à son utilisateur.

 

Displair a été mis au point par une firme russe du même nom. La société qui vient d'installer son siège à San Francisco devrait s’implanter en France avant la fin de l’année.

 

Il s’agit d’un écran à air de 30 pouces et doté de la technologie multitouch. On peut ainsi manipuler et contrôler les images affichées à travers des gestes simples. Mais surtout, il est possible de sentir les objets projetés grâce à la présence de capsules qui diffusent l’odeur dans l’air. Une capacité qui aurait déjà séduit L'Oréal qui pourrait l'utiliser pour la promotion d'un de ses prochains parfums.

 

Ce système d’affichage à base d’air et de particules d’eau n'offre pas, pour le moment, une qualité d'image exceptionnelle. Son intérêt est ailleurs. En effet, son usage devrait s'avérer essentiellement promotionnel dans un premier temps. Pourtant, ces concepteurs n'excluent pas de l'imposer dans certains pays comme le Japon où l'usage des écrans tactiles publics n'arrive pas à s'imposer pour des raisons d’hygiène.

 

screen-air-displair-water-display,E-Q-390626-22.jpg

 

Son prix unitaire est estimé à 30 000 euros environ.

tomsguide.fr

Londres : l’incroyable maison qui défie la gravité !

londres3_0.jpgLondres : l’incroyable maison qui défie la gravité !

 

Un artiste argentin a recréé une façade de maison victorienne à l’est de Londres où chaque passant peut se la jouer Spiderman, grâce à un ingénieux jeu de miroirs.

Grimper les trois étages d’une maison londonienne à la seule force des bras, glissant de rebords de fenêtres en gouttières, c’est désormais possible sans être le personnage d’un film de Luc Besson.

 

Cela grâce à la véritable œuvre d’art imaginée par Leandro Erlich, artiste « illusionniste » sud-américain, connu grâce à ses constructions qui abusent nos sens.

 

Sa dernière création se trouve en plein Londres, et permet aux badauds et curieux de défier Newton et sa loi universelle de la gravitation.

En apparence seulement. La « Dalston House » est en fait une façade de maison londonienne gisant au sol, surplombée par plusieurs miroirs créant une parfaite illusion d’optique.

 

Ainsi, ramper sur la façade donnera l’impression d’être le roi de l’escalade. Pour son travail, Leandro Erlich s’est inspiré de grands noms du cinéma tels qu’Alfred Hitchcock, David Lynch, Luis Bunuel ou encore Roman Polanski, avait-il révélé début juin à Hackneycitizen.

 

Une œuvre de l’artiste ayant fait sensation était cette fameuse piscine, où il est possible de plonger sans maillot de bain.

 

Voyez plutôt.

dm/lincroyable-maison

(vidéo) The Escape Plan : la bande-annonce officielle !

1168218-affiche-officielle-de-the-escape-plan-620x0-1.jpgThe Escape Plan : la bande-annonce officielle !

 

Sylvester Stallone et Arnold Schwarzenegger sont de retour dans The Escape Plan de Mikael Hafstrom, un duo qui fera le plaisir de tout les amoureux de films d’actions old school.

 

Dans ce film un architecte de prison (Stallone) va être emprisonné afin de devoir trouver la faille qui lui permettra de s’y évader, il va être aider pour cela d’un prisonnier (Schwarzenegger).

 

 

Le film sortira le 13 novembre prochain.

par TrainHeartnet

 

miwim.fr

07:28 Publié dans Cinema, Insolite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

29/06/2013

Promenade insolite !

2.Promenade insolite  de fil en aiguille....jpgPromenade insolite : de fil en aiguille...

 

Papa pique, maman coud. Tout près de L'Aigle, des milliers d'aiguilles dans les bottes de foin. Une usine... insolite.

 

Et au milieu coule une rivière... entre les hauts murs de la belle fabrique dont on fera bientôt un musée singulier, le seul du genre en Normandie et même en France : le musée de l'aiguille ! La Risle, joli ruisseau, traverse le bourg de Saint-Sulpice, aux portes de L'Aigle, et court le long des murs des ateliers qui firent autrefois les beaux jours de ce coin de bocage un brin perdu. Nous sommes "à l'autre bout du monde", chez Bohin et fils. Une usine pas tout à fait comme les autres...

 

Cousu de fil blanc

 

2.Promenade insolite  de fil en aiguille...1.jpg

Au début du siècle dernier, la manufacture Bohin, spécialisée dans la production d'épingles et d'aiguilles – une marque référence pour toutes les couturières et les merceries – comptait jusqu'à plus de 600 ouvriers. C'était juste avant la guerre de 14. Aujourd'hui, les murs encore debout mais un peu fatigués font vivre une cinquantaine de salariés, les derniers "héritiers" d'une grande et belle histoire. Bohin, cinq générations, dont l'un des premiers, Paul, a son buste dans l'une des salles voisines des ateliers dont on dirait qu'ils sortent tout droit d'un décor de film. Les bâtiments industriels sont classés à l'Inventaire des Monuments historiques.

 

Tout près du buste, une photo de famille aux tons sépia : on y voit les enfants, grand-père, père et fils, qui furent tour à tour les patrons de l'usine. Il y a Benjamin, le fondateur, et les enfants qui lui ont emboîté le pas, les deux Paul et Jacques, le petit dernier. A côté d'anciennes réclames des aiguilles Bohin, la photo en noir et blanc de la toute première fabrique : un bâtiment brinquebalant tout de bois vêtu. Benjamin y avait créé en 1833 son atelier d'objets de bois et de boîtes, avant de regrouper quelques années plus tard sur les bords de la Risle de petits artisans, épingliers, aiguilliers. La première usine Bohin sortait alors de terre avec son fer blanc, son laiton et ses fils d'acier.

 

Ça n'a pas changé depuis, ou si peu. D'antiques machines faites maison servent encore, comme au bon vieux temps, à trier les aiguilles. Sur une des photos "épinglées" aux murs des ateliers, la consécration : à la Belle Epoque, la façade des anciens bureaux de l'entreprise Bohin trônait en plein Paris, à l'angle du boulevard Sébastopol et de la rue Réaumur. La consécration du "made in France" quand ce n'était pas encore de mode.

 

L'épingle du jeu

 

Le maître des lieux est de la maison, ancien cadre de l'entreprise, il en est devenu le patron. Didier Vrac, 60 ans, se pique ou se pince, c'est selon, pour y croire. Longtemps dans les cartons, son projet est en passe de devenir réalité : faire de l'usine vieille de 180 printemps un lieu touristique, dont l'ouverture au public est programmée pour mars 2014. Initiative unique en son genre : on y racontera ce que fut l'histoire des Bohin, les rois de l'épingle, mais aussi leur savoir-faire transmis de génération en génération.

 

On y racontera aussi une époque, la grande industrie familiale d'avant la guerre de 14 en Normandie. "L'idée de ce musée nous est venue à la suite d'un reportage diffusé dans le 13 H de Jean-Pierre Pernaud qui a attiré de plus en plus de monde à l'usine souhaitant visiter nos ateliers". Beaucoup d'ateliers sont en cours d'aménagement. Coût de l'opération : près de 4 millions d'euros, financés en grande partie par les collectivités et la Fondation du Patrimoine.

 

Au fil de l'eau, Bohin a su tirer son épingle du jeu.

 

Alain Fergent

 

lamanchelibre.fr

19:00 Publié dans Balade, Insolite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Quand l'air guitar fait la musique !

air guitar 1.jpgQuand l'air guitar fait la musique !

 

L’air guitar qui génère du son, c’est l’idée derrière le concept de Soundbrace. Imaginé par le designer Eugene Wang, ce dispositif électronique portable permet de produire des sons en temps réel juste en imitant les gestes d’un guitariste. Sans l’instrument évidemment.

 

Il se présente en un double bracelet à porter sur chaque poignet. Soundbrace utilise les technologies de détection de mouvements à l'image d'un Leap Motion ou de Myo pour transformer les bras de son porteur en guitare. L’accessoire renferme des capteurs et des caméras pour détecter les mouvements des doigts et des bras mais également pour mesurer l’activité électrique des muscles. Muni d’une sortie casque de 3.5mm, il dispose d’un port USB qui permet de le recharger et de le synchroniser avec une application dédiée. Pour apprécier le son généré, il suffit de le calibrer avec un vrai instrument. Brancher ensuite l’écouteur et commencer à jouer avec la guitare invisible.

 

air guitar 2.jpg

air guitar 3.jpg

air guitar 4.jpg

Malheureusement, l’air guitar qui sonne n’est pas encore à portée de main. Soundbrace est purement conceptuel jusque là.

 

 

tomsguide.fr

16:57 Publié dans Gadget, Insolite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

A deux ans, il a un QI de 141 !

a deux ans.jpgA deux ans, il a un QI de 141 !

 

Adam Kirby a seulement deux ans. Mais il sait épeler les mots, connait les tables de multiplications et le nom de toutes les planètes. Avec un QI de 141, le garçonnet est le plus jeune surdoué à intégrer le cercle très fermé Mensa qui réunit les personnes disposant d'un haut potentiel intellectuel.

 

Adam Kirby est, d'apparence, un petit garçon enjoué. A deux ans, il a cependant un quotient intellectuel supérieur à la moyenne avec un score de 141. Il dépasse même celui de Barack Obama de dix points. 

Le bambin a été invité à rejoindre la société Mensa, après avoir montré une capacité à lire Shakespeare et comprendre le japonais, l'espagnol et le français. Il peut également épeler 100 mots. Il connaît ses tables de multiplications et a étudié le tableau périodique! 

"Les capacités d'Adam sont incroyables", a déclaré son père, Dean. "Alors que la plupart des enfants apprennent à marcher droit et à nager, Adam lisait des livres. Son développement intellectuel a été très rapide."

Les photos d'Adam se trouvent ici.

 

 

7sur7