31/05/2015

Vidéo : une course-poursuite... à 20 km/h

course-poursuite.jpgVidéo : une course-poursuite... à 20 km/h

 

C’est sûrement l’arrestation la plus lente de l’histoire. La police de Fort Worth, au Texas, a arrêté cette semaine un homme au terme d’une course poursuite de deux heures, effectuée à une vitesse moyenne de... 20km/h.

 

Il était 14h lorsqu’un officier a tenté d’appréhender le suspect, Joe Gonzales, qui avait en sa possession une grande quantité de méthamphétamine. Mais celui-ci était parvenu à s’enfuir en voiture.

 

Or, le département de police de Fort Worth n’autorise pas ses officiers à bloquer un véhicule en fuite. Un drôle de balai s’est alors mis en place entre trois voitures de polices impuissantes et le fuyard qui, conscient de cette règle locale, n’a pas hésité à rouler au pas.

 

Finalement, les autorités ont décidé d’appeler des renforts lorsque Gonzales a accéléré et emprunté une autoroute à contre-sens. En quelques minutes, un camion du SWAT (équivalent du GIPN) est ainsi arrivé sur les lieux et a envoyé dans le décor le véhicule pourchassé. Une arrestation loin d’être palpitante, qui ne sera sûrement pas adaptée à Hollywood.

 

 

une-course-poursuite-20-kmh

Un verre d'eau versé sur de l'huile en feu: un ralenti spectaculaire !

eau huile gr.jpgUn verre d'eau versé sur de l'huile en feu: un ralenti spectaculaire !

 

Que se passe-t-il lorsque l'on déverse un peu d'eau sur de l'huile en feu? La réaction spectaculaire est bien connue du grand public et s'invite généralement au programme des campagnes annuelles de sensibilisation aux dangers domestiques, organisées par les sapeurs-pompiers. 

Cette séquence réalisée en très haute définition par le collectif The Slow Mo Guys permet de se rafraîchir la mémoire avec, en prime, un impressionnant ralenti HD aussi explosif qu'efficace.  

Le duo The Slow Mo Guys s'est spécialisé dans la réalisation de séquences haute définition d'expériences en tout genre, avec comme le nom l'indique, un ralenti extrême des plus instructifs. Cette dernière performance en date ne doit évidemment pas être reproduite à la maison...

 

Un-verre-d-eau-verse-sur-de-l-huile-en-feu-un-ralenti-spectaculaire

Ronde et pro du yoga, elle prouve que ce sport est accessible à tous !

yoga3.jpgRonde et pro du yoga, elle prouve que ce sport est accessible à tous !

 

Jessamyn Stanley est une femme forte passionnée de yoga. Sur son compte Instagram, elle poste des photos de ses séances d'entraînement afin de montrer que ce sport n'est pas réservé aux personnes sveltes.

Si l'on vous dit "yoga", vous penserez en général automatiquement à une personne mince. En utilisant Instagram, Jessamyn Stanley souhaite balayer ces clichés. Passionnée de yoga bikram, cette jeune femme ronde poste régulièrement des photos d'elle en train de réaliser des postures acrobatiques. Elle démontre ainsi que ce sport n'est pas réservé uniquement aux filles minces et qu'avec un peu d'entraînement, tout le monde peut y arriver.

 

"Beaucoup de personnes en surpoids qui pratiquent le yoga se posent des limites", a-t-elle-confié au magazine People. "Ils pensent qu'ils peuvent probablement faire la position du chien ou celle de l'arbre, mais ils ne vont pas essayer de faire le poirier, ils vont dire: Je suis trop gros." Jessamyn Stanley a commencé à se photographier pour voir son évolution car elle pratique cette activité seule, à la maison. Son compte Instagram est désormais suivi par plus 42000 internautes et elle est devenue un modèle pour de nombreuses jeunes femmes.

 

yoga1.jpg

 

yoga 4.jpg

 

yoga 2.jpg

Elle explique qu'on se moquait régulièrement de son poids pendant son adolescence mais que le yoga l'a aidée à prendre confiance en elle. Cette sportive souhaite maintenant devenir prof et enseigner sa passion aux autres. "Les gens ont besoin de quelqu'un qui leur ressemble, ou au moins de quelqu'un qui ne ressemble pas à tout le monde, pour leur montrer quoi faire", a-t-elle expliqué.

 

yoga 5.jpg

 

Ronde-et-pro-du-yoga-elle-prouve-que-ce-sport-est-accessi...

Le petit Ben de la série "Friends" a bien grandi

ben 1.jpgLe petit Ben de la série "Friends" a bien grandi

 

Cole Sprouse, le fils cathodique de Ross Geller (David Schwimmer), a aujourd'hui 23 ans.

Cole Sprouse incarnait Ben, le fils de Ross et Carol dans la série télévisée "Friends". Les téléspectateurs auraient aujourd'hui bien du mal à le reconnaître. Son sourire, pourtant, pourrait mettre les plus physionomistes sur la voie.

 

ben 2.jpg

Le jeune homme, âgé de 23 ans, vient d'être diplômé. Les internautes se sont amusés de sa spécialisation. Il est venu à bout d'un cycle universitaire d'archéologie. Des études qui s'apparentent un peu à celles de Ross Geller. Ce dernier était paléontologue.

 

 

Le-petit-Ben-de-la-serie-Friends-a-bien-grandi

Elle refuse de se raser et ça plait aux hommes !

poilue 1.jpgElle refuse de se raser et ça plait aux hommes !

 

Yasmin Gasimova, étudiante à Liverpool, refuse de se raser les poils du corps. Elle dévoile sur la toile ses aisselles, ses jambes, son ventre poilus sans complexe.

Les photos de la jeune femme, initialement diffusées dans un journal étudiant, ont circulé sur les réseaux sociaux et depuis, Yasmin croule sous les demandes d'amis Facebook. Elle assure au Mirror que ce sont en majorité des hommes qui tentent de la contacter.

 

"Dans une société où les femmes sont censées se raser, je n'ai pas honte de dire que je ne le fais pas. Je pourrais épiler mon pubis si je pars en vacances mais si vous me surprenez lors d'une journée normal, mes aisselles seront touffues et mes jambes poilues."

 

poilue 2.jpg

À 11 ans, tandis qu'elle bataillait avec les poils de ses jambes, Yasmin s'est rendue compte qu'elle perdait son temps puisqu'ils reviendraient à peine enlevés et qu'en plus, cela provoquait des poils incarnés douloureux.

 

Si elle constate que seul un corps glabre est considéré comme féminin, elle rappelle que les poils du corps n'ont rien de sale. "C'est la réalité du corps d'une femme et ça ne devrait pas être caché."

 

 

Elle-refuse-de-se-raser-et-ca-plait-aux-hommes

Compétition de "bébés sumo" au Japon !

bébé sumo 1.jpgCompétition de "bébés sumo" au Japon !

 

Une centaine de bambins s'affrontaient samedi sur un tapis de sumo au Japon, à coup de cris et de pleurs au cours d'une compétition annuelle de bébés sumo, tradition japonaise censée leur garantir une bonne santé.

C'est dans le temple de Sensoji à Tokyo dans le quartier historique Asakusa, que d'imposants lutteurs de sumo ont incité 120 bébés à hurler à pleins poumons sur commande, pour le plus grand bonheur de leurs parents et du public.

 

Ces cérémonies traditionnelles, vieilles de 400 ans, se déroulent dans des temples et autres lieux de culte dans l'ensemble du pays, mais le réglement varie selon les régions : parfois les bébés en compétition doivent montrer quel sera le premier à donner de la voix, et ailleurs au contraire le premier à hurler est le perdant.

 

Dans le cas de la rencontre d'Asakusa, où la compétition a lieu depuis 1991, deux bambins ont été conduits sur le ring, où de vrais lutteurs sumo les tenaient en les secouant doucement tandis qu'un arbitre criait : "Pleure ! Pleure!" L'épreuve a été remportée par le bébé qui a hurlé le plus vite et le plus fort. Chez certains enfants les hurlements ont éclaté sans beaucoup de sollicitation, mais pour d'autres, plus stoïques, il a fallu l'irruption sur le ring de juges affublés de masques de diable, provoquant l'hilarité du public. 

bébé sumo 2.jpg

 

bébé sumo 3.jpg

bébé sumo 4.jpg

bébé sumo 5.jpg

 

Competition-de-bebes-sumo-au-Japon

Le "réveil olfactif" désormais en vente !

1.réveil olfactif.jpgLe "réveil olfactif" désormais en vente !

 

 

Un Nantais de 18 ans a lancé mercredi sur internet la commercialisation de son "Sensorwake", un "réveil olfactif" qui propose de sortir du lit les habitués des matins difficiles et les personnes souffrant de problèmes d'audition grâce à des capsules diffusant notamment "l'odeur du dollar".

 

Guillaume Rolland, étudiant en première année d'école d'ingénieurs à Compiègne (Oise), s'était déjà distingué à l'automne dernier lors du dernier "Google Science Fair", un concours mondial de jeunes inventeurs organisé par la multinationale californienne, où il était le seul Français parmi les quinze derniers finalistes.

 

"Je me suis dit qu'il serait dommage de s'arrêter là, au stade d'une invention de garage", explique-t-il à Reuters.

 

Juste après avoir décroché en juin son baccalauréat scientifique avec mention "très bien", le jeune homme a donc monté une start-up, dont le capital de 110.000 euros a été valorisé par les brevets et la marque qu'il a déposés.

 

Guillaume Rolland et son nouvel associé ont depuis pu collaborer avec la société suisse Givaudan, acteur majeur de l'industrie de la parfumerie et des arômes, qui a conçu six packs de deux capsules chacun.

 

"Café et croissants chauds", "embruns marins et herbe fraîchement coupée", "thé vert et cacao", "gingembre et menthe poivrée", "pêche douce et fraise Tagada" et "odeur du dollar et de l'ébène", un bois de luxe, sont les odeurs choisies.

 

"On me demande souvent pourquoi je ne propose pas l'odeur de l'euro, mais l'odeur de l'encre du dollar est très caractéristique, alors que l'euro n'en a pratiquement pas", explique Guillaume Rolland.

 

L'invention figure mercredi parmi les premiers projets français mis en avant par le site américain de crowdfunding Kickstarter, l'une des principales plates-formes de financement participatif au monde, sur laquelle le jeune Nantais espère enregistrer "50.000 euros minimum" de pré-commandes.

 

Les premiers Sensorwake, qui seront vendus à terme 80 euros l'unité, devraient ainsi pouvoir être livrés à leurs acquéreurs en novembre 2015. Le pack de deux capsules – destinées à durer quatre mois – sera lui vendu 18 euros l'unité.

 

(Yves Clarisse)

 

fr.reuters.com

30/05/2015

La Barbie russe «enfermée dans un palais de glace» !

Angelica Kenova 2.jpgLa Barbie russe «enfermée dans un palais de glace» !

 

Surnommée la «Barbie russe», Angelica Kenova n'a jamais connu l'amour. La faute à des parents surprotecteurs, dont elle rêve de se défaire.

 

Décidément, les «Barbie humaines» ont le vent en poupe sur les réseaux sociaux. Après les Ukrainiennes Valeroa Lukyanova et Alina Kovalevskaya, la Russe Angelica Kenova fait elle aussi un carton dans son pays. Mais la jeune femme fait encore plus fort: en plus de ressembler à la célèbre poupée, elle est également traitée comme telle.

 

À 26 ans, Angelica vit en effet chez des parents surprotecteurs et n'a jamais connu l'amour, rapporte le Daily Mail. «J'ai été enfermée dans un palais de glace toute ma vie, mais peut-être qu'un jour je pourrai m'échapper», confie la jeune femme. Mais d'après ses dires, ce n'est pas gagné: «Mes parents insistent pour que je vive avec eux. Je n'ai même pas le droit d'acheter des habits sans l'accord de ma mère, et elle exige d'être présente à chacun de mes rencards. Alors je n'ai jamais eu de véritable petit ami.» Les parents de la jeune femme ne voient cependant aucun inconvénient à ce que leur fille pose pour des photos dénudées.

 

Angelica Kenova  3.jpg

Pas de chirurgie esthétique

Depuis sa naissance, Angelica est habillée comme une Barbie. «Ma mère aimait sa beauté fine, ses boucles d'or, son joli visage et ses beaux habits. Elle m'a inspirée et m'a poussée à être exactement pareille», raconte Angelica. Les parents de la jeune femme l'ont aidée financièrement à atteindre cet objectif.

La Russe, qui se présente comme mannequin, psychologue pour enfants et danseuse de ballet, présente les mêmes proportions surréalistes que son idole: son tour de taille n'excède pas les 50 centimètres et son poids atteint à peine les 41 kilos. Elle assure cependant s'être forgé cette apparence de poupée sans l'aide de la chirurgie esthétique. «Je conseille aux gens de sourire et de s'aimer eux-mêmes. C'est l'un des secrets de la beauté naturelle», affirme la blonde.

 

Angelica Kenova  5.jpg

Elle remercie ses parents

La jeune femme est consciente que ses parents y vont un peu fort, mais elle ne le leur reproche pas. Elle les remercie plutôt de l'avoir élevée comme une Barbie et se dit heureuse d'être comparée à elle, qui est «l'idole de toutes les filles dans le monde». Suivie par un coach qui lui donne aussi des conseils en nutrition, la Russe pratique deux à trois heures d'entraînement, cinq fois par semaine.

 

Angelica Kenova 1.jpg

Angelica espère devenir un jour Playmate. Et elle ne perd pas espoir de trouver, un jour, son prince charmant. «J'attends le grand amour. Je n'aime pas les garçons mielleux et mignons. Je préfère les hommes bruts, dont les yeux reflètent la force et la fierté», conclut la jeune femme.

 

Angelica Kenova 4.jpg

 

La-Barbie-russe-enfermee-dans-un-palais-de-glace