08/08/2015

Ces internautes qui chassent le Martien sur les images de la NASA

mars 1.jpgCes internautes qui chassent le Martien sur les images de la NASA

 

Ils scrutent le moindre cliché de Mars publié par la Nasa. Ils les dissèquent, zooment sur chaque élément qui les intrigue. Ces chasseurs de vie sur Mars viennent de se trouver un nouvel os à ronger.

 

Une espèce de crabe mystérieux...

 

mars 1.jpg

 

Mars fait rêver. L’Homme l’a considérée comme une planète susceptible d’héberger certaines formes de vie. Au point que le terme «martien» a longtemps été une espèce de synonyme d’extraterrestre.

Aujourd’hui, les images envoyées par Curiosity confirment ce que les scientifiques avaient déjà pu observer dès les années 60 avec la sonde Mariner, Mars est loin d’être une planète peine de vie. Roches et poussières s’étendent à perte de vue. Et pourtant, dans ces paysages désolés certains entendent voir des traces de vie ou de civilisations développées.

En cela, ils s’opposent évidemment à la prudence des scientifiques de la NASA qui n’excluent pas forcément la présence de vie sur cette planète, mais qui la cantonnent à d’hypothétiques bactéries fort éloignées des petits hommes verts.

 

Du rêve...

Mais voilà, le mythe martien est vivace. Et là où les hommes de science ne peuvent qu’évoquer avec moult précautions la présence d’eau et des formes primitives de vies, d’autres y vont franco, dénichant des indices de civilisations développées et de créatures fantastiques.

 

mars 2.jpg

 

Ainsi sur la page Facebook «A Journey to the Surface of the Mars», une photo de la NASA a fait l’objet d’un agrandissement, offrant la vision d’une étrange créature qui semble blottie dans une cavité. Une espèce de crustacé présenté comme le gardien de la grotte.

 

Cette page regorge ainsi de zooms effectués des clichés envoyés depuis Mars. On y découvre des pyramides, des ossements, des débris de machines, des ruines, etc. L’imagination fonctionne à plein régime.

 

mars 3.jpg

 

Des démonstrations

Face à ces interprétations, les chercheurs de la NASA évoquent les facéties de l’érosion, des caprices des minéraux et des météorites. Les psychologues y voient une propension de l’esprit humain à sombrer dans la paréidolie, un genre d’illusion d’optique générée par cette disposition mentale qui nous amène à voir des choses structurées dans de l’informe, de préférence des formes humaines ou animales.

 

mars 4.jpg

 

Parfois, les explorateurs en salon de Mars vont très loin dans leurs explications.

Ainsi, sur You Tube, John White a lancé sur YouTube, un profil où il poste de très longs exposés, partant des images de la NASA. Il s’intéresse à des vestiges d’anciennes statues martiennes, à des ruines de villes disparues comme dans ce montage de plus de... 15 minutes. 

 

lavenir.mars

Les commentaires sont fermés.