18/10/2015

La CIA utilisait une chanson d'un boys band pour torturer un prisonnier

Westlife.jpg

La CIA utilisait une chanson d'un boys band pour torturer un prisonnier

 

Un rapport d'une ONG américaine révèle que la CIA a utilisé des chansons du groupe Westlife pour torturer ses prisonniers. L'un d'eux, pourtant innocenté quelques années plus tard, a même voulu mettre fin à ses jours. Un rapport très sérieux, notamment rapporté par la BBC.

Suleiman Abdullah, un pêcheur tanzanien, est livré à la CIA en 2003 par un seigneur de guerre somalien. L'homme est considéré comme étant une "menace" pour les Etats-Unis.

 

Il va être interrogé par James Michell et Bruce Jessen, deux anciens psychologues de l'US Army. Ces derniers ont inventé un nouveau procédé pour mener les interrogatoires, en utilisant notamment le heavy metal et une chanson du groupe irlandais Westlife pour obtenir les informations recherchées.

 

"Durant ses interrogatoires, on jouait une chanson mielleuse intitulée "My Love", entrecoupée d'extraits de heavy metal, à un volume assourdissant." On lui jetait aussi de l'eau froide et on le projetait contre un mur.

 

Il n'a jamais revu sa femme

La méthode a été utilisée pendant plus d'un mois, ce qui a complètement détruit Suleiman Abdullah psychologiquement. "Il avait épousé Magida, sa compagne, deux semaines avant d'être arrêté en Somalie où il avait établi ses activités de pêche", lit-on dans le rapport, comme le relate Metronews. "Lorsqu'elle lui faisait écouter ce morceau, la CIA lui expliquait qu'il ne la reverrait jamais."

 

Transféré en Afghanistan, Suleiman est finalement libéré en 2008. Les Etats-Unis ont reconnu qu'il ne représentait pas de menace particulière pour le pays.

 

Mais depuis, il est incapable de se nourrir de lui-même. Toute sa famille et a été tuée et sa femme n'a jamais été retrouvée. Aidé par une association, il a décidé de porter plainte. Ses tortionnaires seront jugés dans quelques semaines.

 

 

La-CIA-utilisait-une-chanson-d-un-boys-band-pour-torturer-un-prisonnier

Les commentaires sont fermés.