10/12/2015

Des Guatémaltèques brûlent le diable pour chasser les mauvais esprits

brûler symboliquement le diable 0.jpgDes Guatémaltèques brûlent le diable pour chasser les mauvais esprits

 

Des milliers de catholiques guatémaltèques ont chassé les mauvais esprits lundi, en dressant des bûchers dans les rues pour y brûler symboliquement le diable.

 

L'une des principales cérémonies a eu lieu dans le quartier La Concepcion, dans la ville coloniale d'Antigua Guatemala, à 45 km au sud-ouest de la capitale.

 

Dans ce quartier, des milliers de personnes, dont des touristes étrangers, ont regardé les flammes consumer une représentation du diable d'environ deux mètres de haut, confectionnée avec du papier et du métal.

 

A l'occasion, des artisans ont élaboré des figurines en papier de l'ancien président Otto Pérez et de son ancienne vice-présidente Roxana Baldetti, tous deux emprisonnés pour corruption.

 

brûler symboliquement le diable 1.jpg

Ces effigies se sont vendues principalement sur les marchés populaires du centre historique de la capitale. "Je devais faire (des figurines) de Pérez et de Baldetti, ces gens sont le diable car ils ont volé l'argent des hôpitaux", a déclaré au journal Prensa Libre une commerçante ayant requis l'anonymat.

 

brûler symboliquement le diable 2.jpg

Accusés d'avoir dirigé un réseau de corruption et de fraude fiscale, M. Pérez et Mme Baldetti ont démissionné respectivement en septembre et mai. Ils ont été placés en détention provisoire.

 

La "flambée du diable" est une tradition héritée de la colonisation espagnole, destinée selon les historiens à purifier l'atmosphère à la veille de la fête de l'Immaculée Conception, chaque 8 décembre.

 

Des-Guatemalteques-brulent-le-diable-pour-chasser-les-mau...

Les commentaires sont fermés.