06/01/2016

La Belgique va rétrécir au profit des Pays-Bas

berges-meuse-eijsden-pays-bas-ferry-relie-lanaye-belgique.jpgLa Belgique va rétrécir au profit des Pays-Bas

 

Une bande de terre belge inhabitée de 14 hectares devrait être cédée aux Pays-Bas en 2016, après approbation des parlements des deux pays...

 

C’est le premier redécoupage de frontière entre la Belgique et les Pays-Bas depuis 1843, et il devrait avoir lieu cette année. Une bande de terre inhabitée de 14 hectares appartenant à la Belgique, devrait être cédée aux Pays-Bas en 2016, et la quatrième écluse de Lanaye, toute proche, devrait passer en territoire belge, après approbation des parlements des deux pays.

 

berges-carte.JPG

Après des travaux réalisés il y a plusieurs dizaines d’années, le lit de la Meuse, qui entoure cette presqu’île belge inhabitée et située entre les villes de Visé et de Maastricht, s’est déplacé, et des morceaux de cette réserve naturelle se sont retrouvés sur le territoire des Pays-Bas.

 

« Une question de bon sens »

Un casse-tête pour les autorités belges, puisqu’il leur faut désormais utiliser un bateau, sur une partie du fleuve difficilement navigable, pour y intervenir à défaut d’obtenir l’autorisation des Pays-Bas de passer par leur territoire pour accéder au site. Un problème parfaitement illustré par un fait divers remontant à trois ans : à l’époque, un cadavre sans tête y avait été découvert par des promeneurs, qui avaient alerté les autorités néerlandaises.

Ces dernières ne pouvaient pas se rendre sur place sans obtenir l’autorisation de leurs homologues belges, et la police belge a « dû y aller en bateau avec tout l’équipement et le procureur, le médecin légiste, le laboratoire judiciaire. Nous devions faire les allers-retours sur l’eau dans des conditions vraiment pas pratiques », a expliqué au Guardian Jean-Francois Duchesne, commissaire de police belge de la région Basse-Meuse.

 

Alors, pour pouvoir contrôler ces lieux peu à peu devenus une plaque tournante de la drogue et de la prostitution, les autorités des deux pays ont entamé des travaux parlementaires préalables à cette cession - qui « est une question de bon sens », selon Marcel Neven, député wallon et bourgmestre de Visé. Ils devraient déboucher sur un accord en 2016.

 

belgique-va-retrecir-profit-pays-bas

Les commentaires sont fermés.