18/02/2016

«Chiens acceptés, banquiers interdits»: Un restaurateur se venge d’un refus de crédit

111_alexandre-callet-decide-interdire-acces-restaurant-banquiers.jpg«Chiens acceptés, banquiers interdits»: Un restaurateur se venge d’un refus de crédit

 

Les banquiers ne peuvent entrer dans le restaurant qu’en payant «un droit d’entrée de 70.000 euros»…

La formulation est abrupte mais l’intention est claire : le propriétaire d’un restaurant gastronomique de Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) a décidé d’interdire l’entrée de son établissement aux banquiers. Il a donc mis devant la porte des Ecuries de Richelieu une pancarte : « Chiens acceptés, Banquiers interdits (sauf droit d’entrée de 70.000 euros) ».

 

« Les banquiers ne font pas leur métier »

Alexandre Callet est excédé par le refus d’un prêt de 70.000 euros qu’il avait sollicité pour lancer un deuxième restaurant: «En 2015, nous avons réalisé notre meilleure année, non seulement au niveau de la rentabilité, mais également au niveau du chiffre d'affaires», raconte-t-il au Figaro. Mais malgré l’inscription de son premier restaurant au guide Michelin et un dossier de financement solide, sa demande de prêt est refusée. «Cela n'aurait dû être qu'une formalité, puisque mes crédits sont totalement remboursés et le restaurant génère une excellente marge», estime-t-il.

 

Le restaurateur a consulté plusieurs banques mais il n'a reçu qu'une seule réponse... négative et sans motivation du refus. « Restaurateurs, entrepreneurs, nous sommes tous dans la même situation: à chaque fois que nous souhaitons lancer un business, nous devons nous mettre à quatre pattes. Aujourd'hui, les banquiers ne font pas leur métier». Alors Alexandre a décidé de ne plus faire le sien pour les banquiers et de dénoncer, avec sa pancarte provocatrice, le «sabotage permanent du tissu économique français».

 

acceptes-banquiers-interdits-restaurateur-venge-refus-cre...

Les commentaires sont fermés.