22/10/2015

Boeing met la main sur le métal le plus léger au monde

Boeing met la main sur le métal le plus léger au monde 1.jpgBoeing met la main sur le métal le plus léger au monde

 

Boeing a mis la main sur l'un des matériaux les plus léger au monde. Baptisé micro-lattice, il s’agit d’un alliage métallique qui se compose d’air à 99%. Développé par les chercheurs des laboratoires HRL, il servira au constructeur aéronautique à créer les avions de demain.

 

Défini comme le plus léger des métaux jamais conçus, le micro-lattice est fait d’un alliage de nickel-phosphore dont la structure s’inspire des os humains : rigides à l’extérieur mais creux à l’intérieur. Il en découle un matériau doté d’une structure polymère en 3D. Il est ainsi composé à 99% d’air, à l'exception des tubes creux interconnectés qui constituent son réseau alvéolaire. Si sa légèreté lui permet de se poser aisément sur un pissenlit, le micro-lattice a pour avantage sa très faible densité et sa capacité à absorber les chocs et les vibrations. Il est également capable de résister à la compression. Des caractéristiques qui font de lui un matériau prometteur pour l’aéronautique.

 

Si Boeing mise sur ce matériau pour ses avions de demain, il pourrait donner naissance à des modèles plus légers et économes en carburant, dans l’avenir.

 materiau-aviation

Ce logiciel imite les œuvres de Van Gogh

Ce logiciel imite les œuvres de Van Gogh 1.jpgCe logiciel imite les œuvres de Van Gogh

 

Des chercheurs allemands ont développé un programme informatique capable d’imiter les œuvres des grands peintres. Basé sur le deep learning, l’intelligence artificielle est en mesure de s'accaparer le style de Van Gogh, Picasso ou Munch et de l’appliquer sur une image.

 

On doit cette étude aux chercheurs de l’université de Tubingen. En créant un algorithme, ils sont parvenus à initier un robot à peindre à la manière des grands maîtres. Si la créativité lui fait défaut, en revanche, il peut copier le style et la technique d’un peintre pour créer une toile en moins d’une heure. Pour ce faire, l’algorithme se charge d’assister l’ordinateur à identifier puis séparer le style et le contenu d’une image. Le système artificiel peut ainsi créer une image artistique en s’appuyant sur des représentations neuronales pour dissocier puis combiner ces deux éléments. Résultat, il peut transformer une image quelconque en œuvre d’art selon le style et les coups de pinceaux d’un peintre de référence.

 

Ce logiciel imite les œuvres de Van Gogh 2.jpg

Si le programme informatique impressionne par ses capacités, la machine ne fait pas preuve de créativité mais se contente de copier le fonctionnement du cerveau humain. Publiée depuis peu, l’étude s’intitule « Un algorithme neuronal de style artistique ».

 

 

intelligene-artificielle

Une étoile mystérieuse agite la communauté des astronomes

1.11 étoile mystérieuse agite la communauté des astronomes.jpgUne étoile mystérieuse agite la communauté des astronomes

 

Une étoile mystérieuse située à environ 1.500 années lumière de la Terre dans notre galaxie, la Voie Lactée, agite la communauté astronomique ces derniers jours en raison des fortes fluctuations irrégulières de sa luminosité. Du jamais vu, selon des scientifiques. Certains vont même jusqu'à avancer du bout des lèvres l'idée d'une, improbable, structure artificielle géante déployée en orbite par une civilisation extra-terrestre.

 

"Cette étrange étoile, appelée KIC 8462852, n'a pas une luminosité normale", reconnaît dans un courriel à l'AFP Steve Howell, responsable scientifique de la mission du télescope spatial Kepler de la Nasa. Mais, insiste-t-il, "dire immédiatement qu'il s'agit d'extra-terrestres est tiré par les cheveux". "Nous allons continuer à observer la mystérieuse étoile et finirons plus que probablement par trouver qu'il s'agit d'un phénomène étrange mais bien stellaire", et non pas artificiel, souligne l'astronome.

 

Il cite le cas précédent d'une autre étoile qui dégageait également une étrange luminosité. Mais après plusieurs années d'observations, il avait été conclu qu'il s'agissait "d'un système apparemment rare comptant cinq étoiles mais en aucun cas de structures artificielles".

 

 

Découverte en 2010

 

1.11 étoile mystérieuse agite la communauté des astronomes.jpg

La nouvelle étoile mystérieuse (KIC 8462852) a été découverte en 2010 par un groupe de chasseurs de planètes animé par l'Université de Yale. Utilisant les données recueillies par Kepler, ils ont remarqué en 2011 que la luminosité de cette étoile baissait fortement, de 15 à 22%, à des intervalles très irréguliers.

 

Une planète ne peut pas en être la cause car même si elle était de la taille de Jupiter --la plus grosse planète de notre système solaire-- la luminosité de l'étoile ne diminuerait que de 1% en passant devant.

 

Dans une étude publiée plus tôt en octobre dans les Comptes-rendus de la Société royale d'astronomie du Royaume-Uni, les auteurs, dont l'astronome Tabetha Boyajian de l'Université de Yale, examinent et réfutent les explications les plus plausibles.

 

 

Une explication n'a pas été rejetée

 

Quelque chose doit bloquer la lumière de l'étoile. Mais selon les données disponibles, cela ne peut avoir été provoqué par des collisions cataclysmiques qui auraient éparpillé des débris, ni de planètes en formation baignant dans des nuages de poussière, avancent-ils.

 

La seule explication que ces chercheurs n'ont pas rejetée ? Un groupe de comètes tournant autour de KIC 8462852, dont l'orbite aurait été perturbée par le passage à proximité d'une autre étoile, projetant des blocs de glace et de roches qui expliqueraient la forte atténuation de sa luminosité et l'irrégularité du phénomène.

 

Mais pour en avoir le cœur net, ces astronomes ont contacté le SETI (Search for Extraterrestrial Intelligence Research Center) à l'Université de Californie à Berkeley. Ils espèrent obtenir un accès aux plus puissants radiotélescopes pour pointer leurs antennes vers l'étoile mystérieuse en quête d'ondes radio qui pourraient être le signe de technologies avancées.

 

Kepler a été lancé en 2009 pour rechercher des exoplanètes proches ou similaires à la Terre, potentiellement habitables. Le télescope est tombé en panne en 2013.

 

 

une-etoile-mysterieuse-agite-la-communaute-des-astronomes

Trop de rats à New York !

Trop de rats à New York.jpgTrop de rats à New York !

 

Un nombre record de plus de 24.000 plaintes contre les rats a été enregistré cette année à New York, où les autorités intensifient la guerre contre ces milliers de rongeurs vivant dans les parcs, le métro et les égoûts.

Augmentation des plaintes ne veut pas dire pour autant augmentation du nombre de rats, a tenu à souligner la mairie, qui attribue ces chiffres record à une nouvelle application téléphonique, lancée en février dernier, facilitant les réclamations.

"Institutions de New York"
"Les rats sont l'une des institutions de New York dont nous sommes heureux de nous débarrasser", a déclaré le maire Bill de Blasio dans un communiqué, précisant que les autorités luttaient contre les rats dans les cinq arrondissements de la ville.

Sonnette d'alarme
L'an dernier, les plaintes avaient déjà augmenté, pour s'établir aux environs de 20.000 à cette même période. Le contrôleur financier de la ville, Scott Stringer, avait alors tiré la sonnette d'alarme, affirmant que la ville perdait la course contre les rats.

Lutte contre les rats
Le Département municipal de la santé a renforcé son programme de lutte contre les rats avec un budget de 2,9 millions de dollars, contre 400.000 dollars précédemment, augmentant également le nombre d'employés de 9 à 50. Il s'inspire d'un programme pilote qui a dans certains secteurs fait diminuer de 80 à 90% leurs apparitions.

Nouvelle stratégie
Les autorités ont testé une nouvelle stratégie à Manhattan et dans le Bronx, passant par l'intensification des opérations contre les fortes concentrations de rats, trouvées notamment dans les parcs, les métros et les égoûts, selon le Département de la santé.

"Insulte quotidienne"
En octobre 2014, Scott Stringer avait dénoncé le problème des rats, "une insulte quotidienne aux New-Yorkais", selon lui. "Ils sont trop nombreux et nous avons besoin d'un vrai plan d'action pour régler ce problème". Un de ces rats est récemment devenu une petite célébrité sur YouTube, essayant de descendre un escalier avec une part de pizza.

Combien sont-ils?
Les rats sont presque aussi vieux que la ville, étant déjà signalés à l'époque coloniale. Combien sont-ils? La légende voudrait qu'ils soient aussi nombreux que les 8,4 millions de New-Yorkais, mais un statisticien à l'université Columbia, Jonathan Auerbach, avait situé en octobre 2014 leur nombre à environ deux millions.

 

Trop de rats à New York 1.jpg

 

Trop-de-rats-a-New-York

Au choix: la prison ou le don du sang ?

Au choix la prison ou le don du sang.jpgAu choix: la prison ou le don du sang ?

 

Un juge américain a forcé des prévenus sans ressources à payer leurs amendes en donnant leur sang sous peine d'être envoyés en prison, a dénoncé mardi une organisation de défense des droits de l'homme.

"Si vous n'avez pas d'argent et ne voulez pas aller en prison, pensez à faire un don du sang et revenez avec le reçu", a dit un juge d'un tribunal d'Alabama, dans le sud des Etats-Unis, selon la plainte déposée par l'organisation Southern Poverty Law Center (SPLC).

 

"Il y a assez de menottes"

"Sinon, le shérif a assez de menottes pour ceux qui n'ont pas d'argent" pour payer leurs amendes, a ajouté le juge Marvin Wiggins, dans un tribunal du comté de Perry le 17 septembre, selon un enregistrement audio que SPLC a diffusé mardi sur son site.

 

"Payer avec leur sang"

"Ceux qui n'ont pas pu payer en liquide leurs dettes envers le tribunal ont littéralement dû payer avec leur sang", dénonce Sara Zampierin, avocate de SPLC, sur le site.

 

Campagne de don

Plusieurs des prévenus jugés ce jour-là au tribunal, parmi lesquels figuraient des indigents, ont décidé d'aller donner leur sang juste à l'extérieur du tribunal, où était organisée une campagne de don, parce qu'ils "avaient peur de la prison", assure SPLC.

 

"Mépris choquant"

"C'est faire preuve d'un mépris choquant non seulement face à l'éthique judiciaire mais aussi face aux droits constitutionnels des prévenus", ajoute l'avocate. L'organisation SPLC a dénoncé lundi Marvin Wiggins auprès du comité chargé de superviser la conduite des juges en Alabama, l'accusant d'avoir violé le code éthique des magistrats.

 

 

Au-choix-la-prison-ou-le-don-du-sang

Victime d'une maladie rare, il raconte....

sam 3.jpg

Victime d'une maladie rare, il raconte: "Quand ils ont ouvert ma jambe, ils ont eu le choc de leur vie"

 

Si Sam O'Sullivan (24 ans) est encore en vie aujourd'hui, cela tient du miracle. Le joueur de football australien (sorte de rugby) de Port Melbourne a été victime d'une bactérie mortelle. Il fait partie des quelques rares personnes au monde ayant survécu à cette infection.

 

Aujourd'hui, le sportif australien semble avoir vaincu la maladie. A travers le monde, on ne dénombre que 21 cas similaires. Parmi eux, seuls sept s'en sont tirés d'affaire. Le foot, en revanche, c'est désormais terminé pour lui. Mais il peut s'estimer heureux d'être encore en vie.

 

"J'ai ressenti une douleur très forte au tibia"

Comment a-t-il contracté cette maladie? Il l'ignore. En septembre dernier, il a soudainement été frappé par les symptômes de la grippe. "Un dimanche, j'ai ressenti une douleur terrible au tibia et j'ai dû aller à l'hôpital. Les premiers jours, ils n'ont pas trouvé ce que j'avais", raconte-t-il.

 

Son état s'est très vite détérioré. "Ma jambe a gonflé, mon pied ne bougeait plus et je n'avais plus aucune sensation. Ils m'ont opéré pour le 'syndrome des loges' (ndlr. une augmentation de la pression qui s'exerce sur les tissus internes). Lorsqu'ils ont ouvert ma jambe, ils ont eu le choc de leur vie. Toute ma jambe était remplie de pus. Mon corps a subi un choc septique et j'ai été plongé dans le coma".

 

sam 1.jpg

 

"Maladie dévoreuse de chair"

Le diagnostique a très vite été établi: une fasciite nécrosante, également appelée la "maladie dévoreuse de chair". Il s'agit d'une maladie rare qui entraîne une destruction considérable de tissus et qui peut causer la mort. Lorsque l'infection s'étend aux tissus musculaires, on l'appelle myosite nécrosante.

 

Admis aux soins intensifs, O'Sullivan a subi plusieurs interventions chirurgicales. "La bactérie a dévoré la couche supérieure de mon tibia et une grande partie des muscles.  Ma jambe droite a dû être reconstituée complètement. Je ne peux toujours pas lever mon pied, mais j'espère pouvoir me faire opérer à nouveau d'ici quelques mois, quand tout sera guéri".

 

sam 2.jpg

 

"Survivor of Superbug"

L'Australien est conscient qu'il est un véritable miraculé. "Je pense que je vais me mettre à jouer au Lotto", a-t-il plaisanté. Ses initiales "SS" lui valent désormais le surnom de "Survivor of Superbug", le "survivant d'une super bactérie".

 

 

Victime-d-une-maladie-rare-il-raconte

21/10/2015

Un avion évite la foudre de justesse !

1.10 avion évite la foudre de justesse.jpgUn avion évite la foudre de justesse !

 

Grosse frayeur pour un avion qui est passé très près de la foudre. L’appareil de la compagnie australienne Qantas était sur le point d’atterrir à l’aéroport de Sydney en Australie, rapporte ce mardi le Sydney Morning Herald.

 

Dans une vidéo publiée par freenews.com.au et diffusée sur YouTube, on voit l’aéronef descendre dans un ciel orageux. Un éclair manque de peu l’appareil, qui va apparemment atterrir sans problème sur une piste.

 

1.10 avion évite la foudre de justesse 1.jpg

 

(Voir l'éclair à partir de la 28e seconde de la vidéo ci-dessous)

Depuis plusieurs jours, l'Australie connaît de très forts orages et des pluies torrentielles, et deux personnes ont été frappées par la foudre, rapporte le site news.com.au. Plusieurs milliers de personnes ont été par ailleurs privées d'électricité à cause des intempéries.  

 

australie-avion-evite-foudre-justesse

Des hélicoptères de combat survolent un élevage, 60 pintades meurent !

2 Pintade_domestique1.jpgDes hélicoptères de combat survolent un élevage, 60 pintades meurent !

 

Volaille et armée de l’air ne font pas toujours bon ménage. En tout cas à Mormès, un village de 120 habitants situé à l’extrême ouest du département du Gers. Selon France 3 Midi-Pyrénées, des hélicoptères de combat ont semé la panique la semaine dernière dans un élevage de pintades.

 

L’éleveur a déposé plainte

 

Les engins, basés à Pau dans les Pyrénées-Atlantiques, ont survolé Mormès à basse altitude. Certains volatiles se sont alors jetés contre les grillages de l’élevage ou sont morts étouffés dans la cohue provoquée par le vacarme. L’éleveur, qui a perdu près de 60 pintades dans l’incident, a déposé plainte.

 

2 helicoptere-combat-tigre pt.jpg

Cette zone est habituée aux passages d’avions militaires, en provenance de la base de Mont-de-Marsan, dans les Landes voisines.

 

Apparemment, les hélicoptères de combat font davantage de bruit.

 

2 helicoptere-combat-tigre.jpg

helicopteres-combat-survolent-elevage-60-pintades-meurent