10/02/2016

Une gare anglaise emploie un chat et vient de lui accorder une promotion

11._felix-1.jpgUne gare anglaise emploie un chat et vient de lui accorder une promotion

 

La station de Huddersfield en Angleterre emploie un félin chargé de chasser les rongeurs et les pigeons...

 

Le félin a été nommé « Senior Pest Controller » (responsable du contrôle antiparasites) et s’est vu remettre une nouvelle veste de travail ainsi qu’un badge nominatif. Un vrai bond après cinq ans de carrière.

 

11._felix-chat-travaille-station-train-anglaise-huddersfield.jpg

La mission principale de Felix consiste à chasser les rongeurs et les pigeons indésirables de la gare ferroviaire.

 

11._felix-chat-travaille-01.jpg

Felix a intégré l’équipe du personnel de la gare de Huddersfield alors qu’elle n’avait que neuf mois. Elle est la coqueluche de la station et une véritable vedette locale avec plus de 9.000 fans sur Facebook. Elle s’est d’ailleurs réjouie de sa promotion, une « reconnaissance du travail accompli depuis près de cinq ans ».

 

11._felix-chat-travaille-02.jpg

Des confrères dans le monde entier

11._felix-chat-travaille-1.jpg

Huddersfield n’est pas la seule gare à faire travailler un chat. Au Japon, Tama était chef de gare dans une minuscule localité, avant de décéder au cours de l’été 2015. Selon le compte Facebook de Felix, la chatte compterait des confrères dans plusieurs gares allemandes.

 

facebook.com/Felix

 

gare-anglaise-emploie-chat-vient-accorder-promotion

09/02/2016

Voici à quoi ressemble l’album enregistré par un groupe de rock avec… 40.000 abeilles !

11_pavillon-britannique-expo 0.jpgVoici à quoi ressemble l’album enregistré par un groupe de rock avec… 40.000 abeilles !

 

A l'initiative d'un artiste anglais, des rockeurs ont enregistré un album d'improvisations à partir de sons émis par une ruche...

Le groupe de musique Be n’est pas tout à fait comme les autres. Il est composé de deux membres du groupe de rock anglais Spiritualized, d’une violoncelliste, d’une choriste de 14 ans et… de 40.000 abeilles. Tout ce petit monde a enregistré un album intitulé One qui sortira vendredi, rapporte The Guardian.

 Un « incroyable et viscéral bourdonnement »

Tout a commencé par une œuvre créée pour l’exposition universelle de Milan en 2015. L’artiste Wolfgang Buttress voulait montrer l’importance des abeilles et de la pollinisation, responsable de 30 % de notre alimentation. Il a bâti The Hive (« la ruche » en anglais), un dôme de 50 tonnes et 17 mètres de haut tapissé de LED qui retransmettent en direct grâce à des signaux lumineux l’activité d’une vraie ruche, celle de Martin Bencsik, chercheur à l’université de Trent à Nottingham.

 

11_pavillon-britannique-expo.jpg

Mais il voulait un moyen de partager avec les visiteurs l’expérience d’être dans une ruche et d’entendre cet « incroyable et viscéral bourdonnement ». Pour créer une bande-son avec des abeilles, l’artiste s’est associé à Kev Bales et Doggen Foster, deux membres du groupe de rock anglais Spiritualized. L’improbable duo a été rejoint par la violoncelliste Deirdre Bencsik, l’épouse du professeur Bencsik.

 

11_pavillon-britannique-expo 1.jpg

Quelques notes de piano, de guitare et de chants humains

Ensemble, ils ont décidé d’improviser à partir de la musique de la ruche. En fonction de l’intensité du bourdonnement des abeilles, ils ont ajouté quelques notes de violoncelle, de guitare ou de piano et la voix de la fille de 14 ans de Wolfgang Buttress. « Je n’arrivais pas à croire que ces sons étaient faits par des abeilles, ils étaient bien plus musicaux que ce à quoi je m’attendais », s’émerveille le batteur Kev Bales.

Le résultat est un album ovni propice à la méditation, dont les morceaux apaiseront certaines oreilles… et en angoisseront d’autres.

 

1111nicolasCage_NotTheBees.0.gif

https://soundcloud.com/caughtbytheriver

 

voici-quoi-ressemble-album-enregistre-groupe-rock-40000-a...

08/02/2016

Un maire compte acheter un bar avec l'argent de sa commune !

111 bar-vide-depuis-sept-ans.jpgUn maire compte acheter un bar avec l'argent de sa commune !

 

Le maire de Melrand, dans le Morbihan, espère acheter aux enchères un bar, situé dans sa commune, fermé depuis près de sept ans…

 

C’est la tournée du maire. La municipalité de Melrand, dans le Morbihan, va participer aux enchères pour tenter d’acheter un bar situé sur son territoire révèleOuest France.

 

Le bar en liquidation

Ce n’est pas pour contenter un éventuel penchant pour la bouteille de son maire que la petite bourgade de Melrand veut acheter un bar. Non. C’est pour la bonne cause. L’établissement, situé en plein centre de ce village 1500 habitants, a fermé ses portes en 2009. Inoccupé depuis, le tribunal de commerce a prononcé la liquidation judiciaire du bar et la vente aux enchères du bâtiment.

 

Les commerces sont vitaux dans les villages

C’est pour éviter que l’ancien bistrot du coin ne soit racheté par des promoteurs avides de spéculation immobilière que le maire de Melrand va participer aux enchères. Pour l’élu, la présence de commerces est vitale dans les villages et il compte bien installer une nouvelle échoppe dans ces murs idéalement placés.

 

Deux inconnues subsistent néanmoins. La municipalité aura-t-elle les reins assez solides pour surclasser un investisseur fortuné ? Et si oui, quel type de commerce aura le privilège de succéder au bar ? Réponse le 10 mars, à Lorient, à l’issue de la vente aux enchères.

 

maire-compte-acheter-bar-argent-commune

07/02/2016

Un Australien se met au «régime patates» pendant un an !

111111 andrew-flinders-taylor pommes-terre-pendant-an.jpgUn Australien se met au «régime patates» pendant un an !

 

Andrew Flinders Taylor a choisi de ne manger que des pommes de terre pour mettre un terme à son «addiction à la bouffe». Un choix risqué, affirment les diététiciens…

 

A-t-il été inspiré par le héros de Seul sur Mars ? « En gros, 99 % de mes calories viendront des pommes de terre. J’ajouterai simplement un peu d’assaisonnement et des trucs dessus. » C’est en ces termes qu’Andrew Flinders Taylor explique son nouveau « régime ».

 

L’Australien qui se bat depuis toujours avec la balance a choisi, ce 1er janvier, de se nourrir exclusivement de pommes de terre. A l’eau, sautées, à la vapeur, en gratin, en pancake, les patates seront de tous ses repas, qu’elles soient blanches, violettes, Charlotte, grenailles, douces ou de Noirmoutier.

 

Ce « régime 100 % patates », il le suivra durant un an. Une année entière pour espérer, dit-il, en finir avec ses 157 kilos. « Je ne mets pas d’huile. J’utilise un minimum d’herbes et d’épices. Le but n’est pas de rendre la nourriture intéressante, mais de rendre la nourriture inintéressante pour arrêter d’y penser », reprend Andrew, qui assure avoir déjà perdu 10 kilos.

 

Celui qui se défend de vouloir « lancer une mode » ou d’être soutenu financièrement par un quelconque « lobby des patates » déclare également avoir plus d’énergie depuis un mois. Rien d'étonnant selon les diététiciens qui tirent à boulets rouges sur l’initiative du jeune homme.

 

De nombreuses carences en vitamines et en minéraux essentiels

« Cette perte de poids est probablement due au fait qu’Andrew n’est pas encore en carences, estime Joseph Proietto, professeur de médecine à l’université de Melbourne, interrogé par BuzzFeed News. La situation va probablement commencer à se détériorer après trois ou quatre mois. »

 

Le professeur tout comme d’autres experts en nutrition déboulonnent ce régime « déséquilibré » qui engendre, donc, de nombreuses carences en vitamines et en minéraux essentiels. En revanche, Andrew, qui ne dépense aujourd’hui que 5 dollars (4,50 euros) par jour en nourriture, ne manquera pas de glucides, assurent les médecins.

 

Des glucides qui consommés à haute dose restent les ennemis de la santé.Récemment, deux études ont d’ailleurs démontré que la consommation fréquente de pommes de terre, bourrées d’amidon et de glucides, favorisait le risque de diabète et donc le surpoids, voire l’obésité, et les maladies cardiovasculaires.

 

australien-met-regime-patates-pendant-an

06/02/2016

Philae: Quand l'agence spatiale cherche ses mots pour annoncer la «fin» du robot

11111 vue-artiste-robot-philae-pose-comete-tchouri.jpgPhilae: Quand l'agence spatiale cherche ses mots pour annoncer la «fin» du robot

 

Alors que Philae ne donne plus de nouvelles depuis l'été dernier, l'ESA se demande alors comment et quand en finir avec le robot devenu un héros international...

 

Elle l’a fait tweeter, jouer dans de courts dessins animés, a relayé à grand renfort d’annonces chocs ses péripéties… Alors, aujourd’hui, l’Agence spatiale européenne (ESA) se demande comment et quand annoncer au monde entier que « Philae, c’est terminé ».

« Le jour où nous tuerons Philae, ce sera comme tuer Bambi »

Le public s’y est tellement attaché que « le jour où nous tuerons Philae, ce sera comme tuer Bambi », avait souligné, en novembre, Mark McCaughrean, conseiller scientifique de l’ESA. Il faut dire que le robot-laboratoire caché sur la comète Tchouri depuis le 12 novembre 2014 est devenu en quelques mois un véritable héros international, rassemblant jusqu’à plus de 456.000 abonnés sur son fil Twitter

 

11111 vue-artiste-robot-philae-pose-comete-tchouri 1.jpg

De son atterrissage chaotique sur la comète Tchouri à son silence inquiétant, les moindres péripéties de Philae ont été suivies de près par des astronautes, des fans de sciences et des néophytes, captivés par cette épopée spatiale ultra-vulgarisée.

 

Parler de sieste plutôt que de « décès » ?

Pas facile donc d’écrire le mot « fin » et de tourner la page de « l’aventure Philae », sans que l’ESA soit accusée « d’abandonner le petit garçon », comme l’avait encore confié Mark McCaughrean. Reste que c’est aux agences spatiales des pays qui ont financé Philae (Allemagne, France, Italie notamment) qu’il revient de décider officiellement de la fin de la mission. Ceci alors que la fenêtre de communication qui restait ouverte jusqu’au 21 janvier semble aujourd’hui bel et bien refermée.

 

Une réunion devrait se tenir prochainement, a confié l’ESA à l’AFP. Le choix des mots sera « important », prévient-on. Et d’émettre l’hypothèse de suggérer que Philae s’est à nouveau endormi sur la comète plutôt que de parler de « décès ».

 

philae-quand-agence-spatiale-cherche-mots-annoncer-fin-ro...

Le chanteur Johnny Cash a maintenant une espèce d'araignée à son nom

11111_johnny-cash-1950.jpgLe chanteur Johnny Cash a maintenant une espèce d'araignée à son nom

 

L'Aphonopelma johnnycashi est entièrement noire, tout comme s'habillait l'artiste disparu en 2003...

 

Des entomologistes américains ont fait le choix insolite de donner le nom du chanteur de musique country Johnny Cash à une nouvelle espèce d'araignée, une tarentule noire récemment découverte.

La créature à huit pattes baptisée Aphonopelma johnnycashi est entièrement noire, tout comme s'habillait l'artiste disparu en 2003 quand il chantait avec sa guitare notamment «l'Homme en noir», l'un de ses succès.

 

«Je suis un grand fan de Johnny Cash», explique Chris Hamilton, de l'Université d'Auburn (Alabama), le principal auteur de l'identification de 14 nouvelles espèces d'araignée dans le sud-ouest des Etats-Unis, dont l'Aphonopelma johnnycashi. Ces travaux sont publiés dans la revue scientifique ZooKeys. 

 

Le biologiste et plusieurs de ses collègues à l'Université Auburn et au Millsaps College dans le Mississippi ont minutieusement examiné des tarentules trouvées dans le sud des Etats-Unis, à l'ouest du Mississippi.

11111_johnny-cash-araignée.jpg

Pendant une dizaine d'années, ils ont examiné et collectionné près de 3.000 spécimens dans plusieurs Etats. Ces chercheurs ont constaté que l'espèce de tarentule portant désormais le nom de Johnny Cash était répandue mais avait été longtemps considérée comme une autre espèce dite A. iodius. 

 

 

johnny-cash-maintenant-espece-araignee-nom

05/02/2016

Né sans mains, cet artiste dessine de superbes portraits !

1111_mariusz-kdzierski 3.jpgNé sans mains, cet artiste dessine de superbes portraits !

 

« Si j’étais né avec des mains, je ne ferais pas ce que je fais aujourd’hui »…

Un pied de nez à la vie. A 23 ans, Mariusz Kedzierski est un artiste talentueux. Ce jeune polonais de 23 ans réalise d’impressionnants portraits. Pourtant, ce peintre, originaire de Świdnica en Pologne, ne possède pas de mains. « Il n’y a pas d’explication logique. Il n’existe aucun cas similaire dans ma famille.

Par le passé, je me demandais souvent en levant les yeux au ciel "Pourquoi moi ?" », assure-t-il à Buzzfeed. « Quand j’ai décidé de m’accepter tel que je suis, j’ai compris que si j’étais né avec des mains, je ne ferais pas ce que je fais aujourd’hui ».

 

1111_mariusz-kdzierski 2.jpg

C’est à l’âge de 16 ans, après une dernière opération aux bras, que l’adolescent se lance dans le dessin. L’autodidacte passe par l’Academy of Art and Design de Wroclaw. « Je pense que mon talent existe malgré mes bras », assure Mariusz. « Tout me vient naturellement, alors je ne peux pas me dire que c’est difficile ou facile de travailler sans mains. Je ne sais pas ce que ça fait d’avoir des mains car je n’en ai jamais eu ».

1111_mariusz-kdzierski 1.jpg

Sa méthode : utiliser un crayon typique en appuyant de tout son poids avec le bout de ses deux « bras ». Les portraits lui demandent de 20 à 100 heures de travail. Cette motivation lui a permis d’obtenir le Best Global Artist Award en 2013 à Vienne. « J’ai un message pour tout le monde, pas seulement les personnes handicapées. Battez-vous pour vos rêves, et menez votre vie comme vous le voulez. Faites des choses que les autres n’osent pas faire. Ne perdez pas votre temps, celui-ci est précieux ».

 

1111_mariusz-kdzierski 4.jpg

1111_mariusz-kdzierski 5.jpg

  

video-mains-artiste-dessine-superbes-portraits

Pourquoi dit-on "tomber dans les pommes" ?

11111 pomme_.jpgPourquoi dit-on "tomber dans les pommes" ?

 

Quel rapport peut-il y avoir entre le fruit du pommier et le fait de s’évanouir ? Aucun.

Et c’est normal, puisque l’expression "tomber dans les pommes" est issue d’une déformation linguistique. Il s’agit en effet d’un dérivé d’une expression du Moyen Age : "tomber dans les pâmes". Le mot "pâme" était alors issu du vieux français "se pâmer", qui veut dire encore aujourd’hui perdre connaissance, selon le linguiste Bernard Cerquiglini.

 

Employé dans le langage soutenu, "pâme" aurait été ensuite déformé en "pomme" lorsqu’il est passé dans un langage plus populaire, la ressemblance entre les deux mots étant évidente. La forme d’origine n’a néanmoins pas disparu pour autant de la langue française, puisqu’on la retrouve de nos jours dans "tomber en pâmoison". Cette expression littéraire formée au XVIIe siècle signifie d’ailleurs exactement la même chose que «tomber dans les pommes».

 

pourquoi-dit-tomber-dans-les-pommes