20/02/2016

Elle se retrouve empalée sur le parquet en plein match

111 Elle se retrouve empalée sur le parquet en plein match.jpgElle se retrouve empalée sur le parquet en plein match

 

Une horrible blessure pour cette adolescente de 14 ans.

Une ado de 14 ans, dont l'identité n'a pas été dévoilée, a chuté en plein match de basket-ball alors qu'elle jouait dans son école située à Middleton-Cross Plains (Wisconsin). Elle s'est retrouvée empalée sur le parquet, incapable de se relever. 

Un bout de bois entre 7 et 10 cm
"Je ne peux pas bouger", s'est exclamée la basketteuse selon la chaîne locale CCTV. On peut la comprendre: un morceau du bois du parquet s'est logé en plein dans son estomac.

La jeune basketteuse a immédiatement été emmenée à l'hôpital. Perry Hibner, le coach de  l'ado, a ajouté que le morceau de bois "faisait entre sept et dix centimètres". "Je n'ai aucune explication à donner quant à cet accident. Parfois il se passe des choses étranges, des phénomènes qu'on ne peut expliquer." 

Aucun organe touché
L'adolescente a pu rentrer chez elle après une nuit à l'hôpital et un examen chirurgical complet.

"Par chance, le bout de bois n'a perforé aucun organe, malgré la gravité de la blessure", a conclu son coach.
 

 

Elle-se-retrouve-empalee-sur-le-parquet-en-plein-match

Un facteur attaqué par un groupe de dindes sauvages !

111_illustration-dindes.jpgUn facteur attaqué par un groupe de dindes sauvages !

 

L'homme s'est enfermé dans son véhicule car il était attaqué par les animaux sauvages...

Les services de secours de Hillsdale, dans le New Jersey (au nord de New York), ont reçu un appel très étrange mardi.

 

Un facteur demandait de l’aide après s’être enfermé dans son véhicule, car il était attaqué par sept dindes sauvages.

« C’est fou. Elles attaquent, mordent, elles pourchassent le camion, tout ! », s’est écrié le malheureux facteur qui faisait sa tournée, et dont les propos ont été enregistrés mardi par les services de secours.

 

La police est arrivée sur les lieux de l’incident, à Esplanade Drive, et a dispersé les animaux agressifs avec les sirènes de leur voiture, a rapporté mercredi CBS New York. Les dindes sauvages, habituellement paisibles, sont alors reparties vers les bois, précise NorthJersey.com.

Selon des experts cités par ce site, ces attaques de dindes se produisent dans des zones périurbaines où les animaux ne se sentent pas menacés par les humains.

 



facteur-attaque-groupe-dindes-sauvages

Surpris par la tornade au volant de son véhicule

111.tornade.jpgSurpris par la tornade au volant de son véhicule

 

Plusieurs tornades ont déferlé cette semaine sur la Floride (Etats-Unis). Certains témoins ont vécu l'expérience de très près...

Au volant de son véhicule dans les environs de Pompano Beach (Floride) ce 16 février, cet automobiliste pensait sans doute être à l'abri du puissant orage qui était en train de s'abattre sur la région. Il va rapidement déchanter. 

Quelques minutes plus tard, les éléments se déchaînent et la tornade se forme face à lui. Dans l'impossibilité de changer d'itinéraire, le conducteur file tout droit en espérant y échapper mais le phénomène naturel croise sa route et le pauvre automobiliste se retrouve quasiment dans l'oeil du cyclone. 

Une "rencontre du troisième type" immortalisée grâce à la présence sur le tableau de bord du véhicule d'une caméra embarquée.

 

À découvrir ci-dessous.

 

Surpris-par-la-tornade-au-volant-de-son-vehicule

Un cycliste pique une colère sur une conductrice mais le web a choisi son camp

111 velo.jpgUn cycliste pique une colère sur une conductrice mais le web a choisi son camp

 

"Êtes-vous complètement idiote?", a crié un cycliste furieux sur une automobiliste qui venait de lui "couper la route". L'homme a décidé de se confronter à la conductrice qu'elle était stationnée. Cette dernière, qui a vu que l'homme qui était venu l'interpeller était équipé d'une caméra, a demandé à voir les images. Des images devenues virales car elles racontent une histoire bien différente.

"Vous êtes filmée!", crie le cycliste à la conductrice. "Excusez-moi, mais je ne suis pas certain que vous réalisiez ce que vous venez de faire. C'est très dangereux. Vous avez tourné pendant que j'arrivais à 30 km/h."

La conductrice, qui est restée calme pendant toute la conversation malgré son étonnement, n'a pas l'air d'accord avec les affirmations du cycliste. Elle a donc demandé à voir les images pour se faire une idée précise. "Vous étiez à un kilomètre de moi!", lui répond-elle. Et les images tendent à prouver qu'elle avait raison.

Mais le cycliste a tout de même exigé des excuses en menaçant d'appeler la police. La femme, toujours aussi calme, s'est finalement excusée. "Je suis désolée, mais je pense que vous exagérez", dit-elle.

Dans tous les cas, depuis que la séquence est arrivée sur le web, les internautes lui donnent raison. "Elle n'aurait pas dû s'excuser", "Je ne vois pas ce qu'elle a fait de mal", lit-on sur les réseaux sociaux.

Et vous qu'en pensez-vous?

 

Un-cycliste-pique-une-colere-sur-une-conductrice-mais-le-...

 

 

Un-cycliste-pique-une-colere-sur-une-conductrice-mais-le-...

Les croissants courbés retirés d’une chaine de supermarchés car trop difficiles à tartiner

111croissants-illustration 2.jpgLes croissants courbés retirés d’une chaine de supermarchés car trop difficiles à tartiner

 

Est-ce un avant-goût de Brexit ? La chaîne de supermarchés anglaise Tesco va retirer de ses rayons les croissants courbés pour les remplacer par des croissants droits, rapporte la presse britannique. Pas pour contrarier les Français (enfin, pas seulement) mais parce que les Anglais ont du mal à tartiner de confiture (sacrilège) les croissants lorsqu’ils sont vraiment en forme de croissant.

 

111croissants-illustration.jpg

Le facteur « tartinabilité »

On dirait un sketch des Monty Python, mais c’est très sérieux : « A l’origine du retrait des croissants courbés, il y a le facteur "tartinabilité", explique savamment un représentant de Tesco. La majorité de nos clients trouve qu’il est plus facile d’étaler de la confiture, ou leur garniture préférée, d’un seul coup sur une forme plus droite. Avec des croissants en croissant, il faut être plus minutieux et la plupart des gens n’arrivent au tartinage parfait qu’au bout de trois essais, ce qui augmente les risques d’accidents impliquant des doigts collants et des tables. »

111croissants-illustration garni.jpg

111croissants-illustration garni twiter.jpg

L’argumentaire marketingo-surréaliste n’a pas convaincu tous les Britanniques. Certains se sont montrés très moqueurs sur Twitter.

 

angleterre-croissants-courbes-retires-chaine-supermarches...

19/02/2016

Un "monstre" marin retrouvé sur une plage d'Australie?

11_2 Monstre -australienne.jpgUn "monstre" marin retrouvé sur une plage d'Australie?

 

Selon The Daily Telegraph, une gigantesque créature marine se serait échouée sur les côtes australiennes.

"P****n, qu'est-ce que c'est que ce truc ?" Comme le relate The Daily Telegraph, Ethan Tipper, un père de famille originaire de Newcastle, a posté une photo étonnante sur Facebook. Lors de son voyage en Australie, il aurait aperçu un "monstre marin" échoué sur les bords du lac Macquarie (près de Sydney).

L'information est à prendre avec des pincettes. Il est possible qu'il s'agisse d'un fake vu que l'authenticité de la photo n'ait pas été prouvée.

11_1 Monstre -australienne.jpg


Un "pike eel"? Un sabre noir?
Toujours est-il que Metronews a mené sa petite enquête. Selon un spécialiste, cette créature impressionnante serait un "pike eel" (une "anguille-brochet") capable d'atteindre deux mètres de long. Il rôde souvent dans les eaux australiennes.

11_2 Monstre -australienne.jpg


Pour un autre observateur,  "ce poisson ne ressemble en rien à quelque chose de connu". Ce serait un "prédateur de haut rang" vu sa taille et sa mâchoire. Ses yeux prouveraient qu'il vit en grande profondeur. Il se serait échoué en essayant de trouver du poisson. Ce "monstre marin" se rapprocherait de l'Aphanopus carbo (ou sabre noir), un poisson que l'on trouve entre 180 et 1700 mètres sous l'eau.
 

 

Un-monstre-marin-retrouve-sur-une-plage-d-Australie

Un sniper "décapite" un bourreau de Daech d'une seule balle

11-snippers 1.jpgUn sniper "décapite" un bourreau de Daech d'une seule balle

 

Selon le Daily Express, un sniper des forces spéciales britanniques est parvenu à abattre un bourreau de Daech d'une seule balle alors qu'il était positionné à une distance d'environ 1200 mètres.

Les faits se sont déroulés il y a quelques jours dans une zone reculée et désertique du nord de la Syrie. L'histoire retiendra que le djihadiste enseignait à de jeunes recrues des techniques de décapitation lorsqu'il a lui-même a perdu littéralement la tête. À environ 1200 mètres, comme le souligne le Daily Express, un soldat des forces spéciales britanniques a réussi l'exploit de l'abattre à l'aide d'une arme de type DAN. 338. Il s'agit d'un fusil de conception israélienne particulièrement silencieux et aucun flash ne s'échappe du canon.

"Sa tête était là et puis plus rien, elle avait explosé dans la minute", a précisé un témoin cité par plusieurs médias anglo-saxons.

"Wounding bullet"
Ce sniper britannique a utilisé une technique de tir appelée en anglais "wounding bullet" (la "balle blessante"). Autrement dit: la balle ne traverse pas sa cible mais "tourne" à l'intérieur de celle-ci causant des dommages irréversibles. Réaliser cette prouesse à plus de 1.000 mètres n'est pas donné à tout le monde.

Cette histoire n'est pas sans nous rappeler celle du mystérieux sniper qui a déclaré la guerre aux djihadistes de l'État Islamique en Libye. Ses tirs sortent de nulle part et frappent l'organisation terroriste dans la ville de Syrte.

 

Un-sniper-decapite-un-bourreau-de-Daech-d-une-seule-balle

Lire aussi

 

Ce mystérieux sniper qui fait trembler les djihadistes de l'EI

Le retour du quagga, éteint puis ressuscité en Afrique du Sud

Le quagga, éteint puis ressuscité 0pt.jpgLe retour du quagga, éteint puis ressuscité en Afrique du Sud

 

Ils ressemblent à des zèbres qui auraient perdu une partie de leurs rayures : les quaggas ont disparu il y a plus d'un siècle, victimes des chasseurs, mais des scientifiques font désormais revivre l'espèce en Afrique du Sud.

 

Dans une vallée spectaculaire à deux heures du Cap, les visiteurs peuvent croiser ces animaux tout droit sortis des livres de contes : des zèbres, rayés noir et blanc du museau au ventre, mais brun clair uni sur le postérieur. En apparence, ce sont des quaggas, une sous-espèce du zèbre, qui broutent au pied des montagnes escarpées du Cap occidental.

 

Pourtant les quaggas ont disparu au XIXe siècle, massacrés par les chasseurs de l'ère coloniale - le dernier est mort dans un zoo à Amsterdam en 1883. Ce petit troupeau semi-rayé est le fruit du travail d'une poignée de scientifiques qui, depuis 30 ans, font se reproduire des zèbres des plaines moins rayés que les autres, pour concentrer les gènes "sans rayures".

 

La cinquième génération est en tout point semblable au quagga. Mais pourquoi tenter de le ressusciter ? "Il s'agit d'essayer de réparer, à petite échelle, un dégât écologique", explique Eric Harley, un professeur de biochimie clinique à la retraite. "Et aussi de pouvoir de nouveau voir ce bel animal qui vivait autrefois en Afrique du Sud".

 

Le quagga, éteint puis ressuscité 1.jpg

Le projet a été lancé par feu Reinhold Rau, un spécialiste d'histoire naturelle sud-africain né en Allemagne, qui avait fait analyser des échantillons de peau de quagga au South African Museum du Cap. Il avait alors découvert que l'ADN de cet animal était le même que celui du zèbre des plaines, à quelques rayures près - comme une différence de couleur des yeux chez les êtres humains. Sa décision était prise : il allait faire revenir le quagga.

 

Pas de zébroïdes

Les critiques n'ont pas tardé. Certains experts de la biologie y voient une opération de marketing et une interférence inutile avec la nature. "Nous ne faisons pas de génie génétique", se défend le professeur Harley. "Nous ne faisons pas du clonage, pas de transferts sophistiqués d'embryons... Il s'agit d'un simple projet de reproduction sélective. S'il s'était agi d'une espèce différente, l'idée n'aurait eu aucun sens et n'aurait pas pu se justifier", dit-il.

 

Pour apaiser le débat, ces nouveaux animaux ont été formellement nommés des "quaggas de Rau", afin de les distinguer de leurs ancêtres disparus. Mais quand le soleil se lève dans la réserve privée de l'Elandsberg, et quand les troupeaux traversent la vallée de Riebeek, le guide les montre du doigt pour le visiteur en énumérant simplement : "Voici les gnous... là-bas, des springboks et des élands (grandes antilopes, ndlr)... et là, des quaggas".

 

En kaki des pieds à la tête, le guide Mike Gregor, directeur du programme et manager de la ferme, dénombre 100 zèbres en tout dans le projet, dont 6 individus de la quatrième et cinquième génération considérés comme de vraies représentations de l'animal éteint. "Il y a toujours des polémiques avec ce genre de projet. Vous n'aurez jamais tous les scientifiques qui se mettent d'accord sur la bonne marche à suivre", relativise-t-il.

 

Le quagga, éteint puis ressuscité 2.jpg

La différence entre le quagga et le zèbre des plaines ? Le premier n'a pas de rayures sur l'arrière-train et sa robe est plus brune, affirme Eric Harley. Une différence d'apparence, pas de code-barre génétique. "En tout état de cause, les quaggas sont de retour. Le projet est un succès complet", se réjouit-il. Et qu'on ne lui parle pas des éleveurs qui font de la reproduction pour obtenir des impalas à flancs blancs ou des gnous dorés - animaux qui se vendent plus cher sur le marché du gibier rare.

 

"Nous ne sélectionnons pas des zèbres qui auraient des couleurs amusantes ou originales. D'autres le font ailleurs, où on observe des mutations attrayantes, mais la plupart des défenseurs de l'environnement n'ont que du mépris pour ces pratiques", dit-il. Les quaggas qui broutent de nouveau dans la vallée de Riebeek n'ont pas été soumis aux traitements qui permettent de donner naissance à des zébroïdes (croisement d'un zèbre avec un autre équidé, jument ou âne par exemple), qui sont des créatures hybrides en général infertiles. Les quaggas du XXIe siècle, eux, vont se reproduire.

 

Le-retour-du-quagga-eteint-puis-ressuscite-en-Afrique-du-...