21/02/2016

L'"homme-arbre" opéré avec succès Un Bangladais surnommé "l'homme-arbre" pour ses verrues impressionnantes aux allures d'écorce sur les mains et les pieds a été opéré samedi avec succès pour le débarrasser de certaines des excroissances, a annoncé l'hôpi

111 .L homme-arbre  opéré avec succès.jpgL'"homme-arbre" opéré avec succès

 

Un Bangladais surnommé "l'homme-arbre" pour ses verrues impressionnantes aux allures d'écorce sur les mains et les pieds a été opéré samedi avec succès pour le débarrasser de certaines des excroissances, a annoncé l'hôpital.

Il a fallu trois heures et demie à une équipe de neuf médecins pour retirer les excroissances géantes de la main droite d'Abul Bajandar au Dhaka Medical College Hospital à Dacca, a déclaré le directeur de l'établissement, Samanta Lal Sen. 

Le père de famille de 26 ans avait été admis le mois dernier en vue de l'opération visant à couper les excroissances pesant au moins cinq kilogrammes qui lui couvraient les mains et les pieds.

"L'opération a réussi. Nous avons enlevé les excroissances des cinq doigts de la main droite. Il est heureux et il riait", a ajouté le responsable. "Nous allons à présent observer son état pendant les trois prochains mois avant de décider s'il faut procéder à de nouvelles opérations. C'est un grand défi", a-t-il encore dit.

Les grosses verrues, qu'Abul Bajandar a vu apparaître à l'adolescence mais qui ont commencé à s'étendre plus rapidement il y a quatre ans, ont été diagnostiquées comme un cas d'épidermodysplasie verruciforme, une maladie de peau génétique rarissime qui peut prendre la forme d'excroissances de peau.

 

L-homme-arbre-opere-avec-succes

20/02/2016

Elle se retrouve empalée sur le parquet en plein match

111 Elle se retrouve empalée sur le parquet en plein match.jpgElle se retrouve empalée sur le parquet en plein match

 

Une horrible blessure pour cette adolescente de 14 ans.

Une ado de 14 ans, dont l'identité n'a pas été dévoilée, a chuté en plein match de basket-ball alors qu'elle jouait dans son école située à Middleton-Cross Plains (Wisconsin). Elle s'est retrouvée empalée sur le parquet, incapable de se relever. 

Un bout de bois entre 7 et 10 cm
"Je ne peux pas bouger", s'est exclamée la basketteuse selon la chaîne locale CCTV. On peut la comprendre: un morceau du bois du parquet s'est logé en plein dans son estomac.

La jeune basketteuse a immédiatement été emmenée à l'hôpital. Perry Hibner, le coach de  l'ado, a ajouté que le morceau de bois "faisait entre sept et dix centimètres". "Je n'ai aucune explication à donner quant à cet accident. Parfois il se passe des choses étranges, des phénomènes qu'on ne peut expliquer." 

Aucun organe touché
L'adolescente a pu rentrer chez elle après une nuit à l'hôpital et un examen chirurgical complet.

"Par chance, le bout de bois n'a perforé aucun organe, malgré la gravité de la blessure", a conclu son coach.
 

 

Elle-se-retrouve-empalee-sur-le-parquet-en-plein-match

14/02/2016

Des sœurs jumelles fêtent leurs 208 ans

1111 agees-104-ans-paulette-simone-pourraient-bien-etre-jumelles-plus-agees-monde.jpgDes sœurs jumelles fêtent leurs 208 ans

 

Agées de 104 ans, elles pourraient bien être les jumelles les plus âgées au monde... 

 

Cheveux longs, queues-de-cheval, fines lunettes dorées sur le nez, Paulette et Simone se prêtent volontiers aux photos : « Ça nous fait un divertissement ! Nous sommes très gâtées », disent-elles en chœur en montrant les fleurs offertes pour leurs 104 ans par la municipalité et les résidents de leur maison de retraite du centre de la France.

 

Peut-être un record mondial

Paulette Olivier et Simone Thiot sont nées le 30 janvier 1912 à 11 heures, à Limeray (centre) de Joseph Lamolie, charpentier, et de son épouse Marie, couturière. Faute de confirmation officielle, il est difficile de les sacrer « jumelles les plus âgées de France », mais ce titre leur échoit probablement… Certains assurent même qu’elles détiennent le record mondial.

 

Leurs débuts dans la vie auguraient pourtant mal de leur longévité : « Nous étions des prématurées. Attendues en mars nous sommes nées en janvier. On nous donnait peu de chances de survie. Je ne pesais pas un kilo. Et toi, à peine trois livres. Nous sommes restées quatre mois dans la ouate », sourit Simone, qui se déplace sans déambulateur.

Paulette, veuve à 36 ans, a été coiffeuse durant 15 ans à Tizi Ouzou en Algérie puis à Paris. Simone, couturière comme leur mère, a perdu son mari lorsqu’elle avait 64 ans. Elles n’ont pas d’enfant.

 

Le secret de la longévité

Les sœurs, dont le frère unique est décédé accidentellement à 99 ans, sont persuadées que leur fusion depuis toujours est à l’origine de leur longévité hors normes. « Nous sommes encore vivantes car nous avons toujours été proches.Nous gardons notre indépendance car nous avons chacune notre chambre, mais il n’y a que le couloir à traverser pour se voir et parler. On plaint les personnes âgées qui sont seules et n’ont pas de visite », commentent-elles.

 

Paulette et Simone s’intéressent à l’actualité, lisent, regardent la télé et apprécient la musique… Simone écrit aussi régulièrement des poèmes qu’elle consigne dans un cahier.

 

Autres secrets ? Là encore, elles répondent en chœur : « Une vie simple. Pas d’excès. Pas d’alcool. Et beaucoup de sport. Nous avons fait très longtemps de la gymnastique et énormément de vélo. Quasi quotidiennement ».

 

france-soeurs-jumelles-fetent-208-ans

07/02/2016

Un Australien se met au «régime patates» pendant un an !

111111 andrew-flinders-taylor pommes-terre-pendant-an.jpgUn Australien se met au «régime patates» pendant un an !

 

Andrew Flinders Taylor a choisi de ne manger que des pommes de terre pour mettre un terme à son «addiction à la bouffe». Un choix risqué, affirment les diététiciens…

 

A-t-il été inspiré par le héros de Seul sur Mars ? « En gros, 99 % de mes calories viendront des pommes de terre. J’ajouterai simplement un peu d’assaisonnement et des trucs dessus. » C’est en ces termes qu’Andrew Flinders Taylor explique son nouveau « régime ».

 

L’Australien qui se bat depuis toujours avec la balance a choisi, ce 1er janvier, de se nourrir exclusivement de pommes de terre. A l’eau, sautées, à la vapeur, en gratin, en pancake, les patates seront de tous ses repas, qu’elles soient blanches, violettes, Charlotte, grenailles, douces ou de Noirmoutier.

 

Ce « régime 100 % patates », il le suivra durant un an. Une année entière pour espérer, dit-il, en finir avec ses 157 kilos. « Je ne mets pas d’huile. J’utilise un minimum d’herbes et d’épices. Le but n’est pas de rendre la nourriture intéressante, mais de rendre la nourriture inintéressante pour arrêter d’y penser », reprend Andrew, qui assure avoir déjà perdu 10 kilos.

 

Celui qui se défend de vouloir « lancer une mode » ou d’être soutenu financièrement par un quelconque « lobby des patates » déclare également avoir plus d’énergie depuis un mois. Rien d'étonnant selon les diététiciens qui tirent à boulets rouges sur l’initiative du jeune homme.

 

De nombreuses carences en vitamines et en minéraux essentiels

« Cette perte de poids est probablement due au fait qu’Andrew n’est pas encore en carences, estime Joseph Proietto, professeur de médecine à l’université de Melbourne, interrogé par BuzzFeed News. La situation va probablement commencer à se détériorer après trois ou quatre mois. »

 

Le professeur tout comme d’autres experts en nutrition déboulonnent ce régime « déséquilibré » qui engendre, donc, de nombreuses carences en vitamines et en minéraux essentiels. En revanche, Andrew, qui ne dépense aujourd’hui que 5 dollars (4,50 euros) par jour en nourriture, ne manquera pas de glucides, assurent les médecins.

 

Des glucides qui consommés à haute dose restent les ennemis de la santé.Récemment, deux études ont d’ailleurs démontré que la consommation fréquente de pommes de terre, bourrées d’amidon et de glucides, favorisait le risque de diabète et donc le surpoids, voire l’obésité, et les maladies cardiovasculaires.

 

australien-met-regime-patates-pendant-an

01/02/2016

L'«homme-arbre» va bientôt être opéré !

000001L' homme-arbre  va bientôt être opéré.jpgL'«homme-arbre» va bientôt être opéré !

 

Le jeune homme est atteint d’une maladie génétique rarissime qui entraîne le développement d’excroissances impressionnantes…

 

Un Bangladais surnommé « l’homme-arbre », à cause de ses verrues impressionnantes aux allures d’écorce sur les mains et les pieds, va être opéré pour se débarrasser de ses excroissances qui se développent depuis dix ans, a annoncé dimanche l’hôpital qui le traite.

Au moins 5 kg d'excroissances

Abul Bajandar, un père de famille de 26 ans originaire du district de Khulna (sud), subit des examens en vue de l’opération visant à couper les excroissances pesant au moins cinq kilogrammes qui lui couvrent les mains et les pieds.

 

000001L' homme-arbre  va bientôt être opéré.jpg

« Au début, je pensais qu’elles étaient bénignes », a déclaré ce patient du Medical College Hospital (DMCH) de Dacca, la capitale du Bangladesh. « Mais petit à petit, j’ai perdu ma capacité de travail. J’ai maintenant des douzaines de racines de 5 à 7 cm sur les deux mains. Et j’en ai des petites sur les jambes », a détaillé Abul Bajandar, qui a dû mettre fin à son activité de vélo taxi.

 

Une équipe médicale a été constituée pour réaliser l’opération au DMCH, le plus grand hôpital public du Bangladesh, qui a décidé d’en prendre en charge les coûts. Des examens sont en cours pour s’assurer que les énormes lésions pourront être retirées sans endommager des nerfs majeurs ou engendrer d’autres pathologies.

 

Seulement trois cas connus dans le monde

Les grosses verrues, qu’Abul Bajandar a vu apparaître à l’adolescence mais qui ont commencé à s’étendre plus rapidement il y a quatre ans, ont été diagnostiquées comme un cas d’épidermodysplasie verruciforme, une maladie de peau génétique rarissime qui peut prendre la forme d’excroissances de peau. « On l’appelle communément la maladie de l’homme-arbre », a expliqué le Dr Samanta Lal Sen, directeur de l’hôpital.

 

« Nous avons connaissance de trois cas dans le monde, dont celui d’Abul Bajandar. C’est la première fois que nous découvrons un cas aussi rare au Bangladesh », a-t-il ajouté. En 2008, un villageois indonésien avec d’énormes verrues sur tout le corps avait subi une série d’opérations pour en être débarrassé.

 

Selon la sœur aînée d’Abul Bajandar, Adhuri Bibi, des centaines de personnes leur ont rendu visite dans leur maison de Khulna, depuis plusieurs années, pour voir « l’homme-arbre ». « Même ici à l’hôpital, des centaines sont déjà venues », a-t-elle assuré.

 

homme-arbre-va-bientot-etre-opere

29/01/2016

Prendre son chat pour un imposteur est un vrai syndrome psychiatrique !

01.chat.jpgPrendre son chat pour un imposteur est un vrai syndrome psychiatrique !

 

Une étude publiée dans le magazine « Neurocase » s’est penchée sur cette forme rare de schizophrénie…

Le syndrome du « Capgras » est connu. Ce trouble pousse le malade à croire qu’un proche, un membre de la famille, un ami, un être aimé, a été remplacé par un imposteur qui ressemble à cette personne mais qui n’est pas elle. Ce délire, décrit pour la première fois en 1923, touche plus particulièrement les patients atteints de troubles psychiatriques comme la schizophrénie, la démence ou de lésions cérébrales.

 

Une nouvelle étude, publiée dans le magazine Neurocases’est penchée sur le cas plus rare d’un homme, âgé de 71 ans, souffrant de « Cat-gras », c’est-à-dire convaincu que son chat a été remplacé par un imposteur.

Seuls cinq cas recensés

 

Il est rare pour les patients atteints de « Capgras », de reporter le syndrome sur leurs animaux et il existe, par ailleurs, très peu de cas recensés. Seuls deux avec des chats, deux avec des oiseaux et un avec un chien ont été signalés, et à chaque fois, les patients étaient socialement isolés avec peu ou pas d’interaction humaine.

Le patient au cœur de cette étude ne correspondait pas à ce profil. Marié et entouré d’amis et de membres de sa famille, ses délires ne résultaient pas d’un quelconque isolement ni d’une crise psychotique. En revanche, les chercheurs pensent qu’ils seraient liés à une série de blessures à la tête subies quand il était jeune.

 

Une paranoïa crescendo

« Il a joué au hockey à un niveau semi-professionnel et a souffert de commotions cérébrales bénignes », explique Ryan Darby, l’un des auteurs de l’étude. Une chute sévère à l’âge de 30 ans a provoqué un saignement cérébral passé jusqu’ici inaperçu. Puis les troubles sont apparus peu à peu. Diagnostiqué bipolaire, l’homme a connu divers épisodes maniaques puis paranoïaques.

 

Convaincu que les étrangers étaient des agents du FBI, il a fini par ne communiquer avec sa femme qu’à travers des notes écrites, persuadé que sa maison était surveillée. C’est lorsqu’il a cessé de prendre ses médicaments qu’est apparu le symptôme du « Catgras ».

 

Pour les chercheurs cela peut s’expliquer par l’incapacité des patients à récupérer leurs souvenirs autobiographiques ou leurs expériences personnelles, en particuliers ceux liés à la personne ou à l’animal soupçonné d’imposture.

 

prendre-chat-imposteur-vrai-syndrome-psychiatrique

15/01/2016

Pour Noël, des bénévoles distribuent de la nourriture pour chiens à des seniors

01nourriture-chiens-illustration.jpgPour Noël, des bénévoles distribuent de la nourriture pour chiens à des seniors

 

L'étiquette indiquait «chevreuil, pommes de terre et légumes de jardin» et «produit de terroir»...

Un noël de chien. Au moins trois personnes âgées ont mangé de la nourriture pour chien lors des fêtes, à Osnabrück en Allemagne, rapporte le journal The Local, citant le quotidien allemand Neue Osnabrücker ZeitungLe soir du réveillon, ces retraités modestes se sont fait livrer leur repas par l’association de charité Osnabrücker Tafel.

Certains, en réchauffant la nourriture, ont trouvé que le plat dégageait une odeur très forte, rappelant celle d’une boîte de pâté pour chien. D’autres n’ont pas eu cette chance, et ont englouti leur repas.

« Chevreuil, pommes de terre et légumes de jardin »

C’est l’étiquette qui aurait induit les bénévoles à commettre cette erreur. La nourriture était présentée dans un verre, avec les honorables mentions « chevreuil, pommes de terre et légumes de jardin », « produit de terroir » et « repas à base de viande ».

 

01 nouriture.jpg

01nourriture-chiens-illustration 2.jpg

C’est qu’il fallait avoir de bons yeux, pour déceler sur l’étiquette qu’il s’agissait d’une « cuisine gastronomique pour animaux ». Au dos, des instructions étaient également données sur la quantité de nourriture à servir selon la taille de l’animal.

« Notre manager trie plusieurs tonnes de nourriture tous les jours. Il est possible qu’il se soit trompé en raison de cet emballage prêtant à confusion », s’est défendu Dieter Möllmann, l’un des responsables.

 

noel-benevoles-distribuent-nourriture-chiens-seniors

Dorian, le petit Américain cancéreux qui émeut les Chinois

1.dorian-murray-atteint-cancer-phase-terminale.jpgDorian, le petit Américain cancéreux qui émeut les Chinois

 

Les internautes chinois ont publié des photos de soutien sur la Grande muraille...

 

L'élan de solidarité traverse parfois les frontières. Un garçon américain de huit ans, atteint d'un cancer en phase terminale, suscite un fort élan de sympathie parmi les internautes chinois, touchés par le souhait de l'enfant d'être «célèbre en Chine» avant son décès.

Dorian Murray, originaire de l'Etat américain de Rhode Island (nord-est), a été diagnostiqué à l'âge de 4 ans d'un rhabdomyosarcome, un cancer parmi les plus fréquents chez les enfants. Début janvier, sa famille a décidé de stopper tout traitement après avoir appris que la maladie s'était étendue à la moëlle épinière et au cerveau de l'enfant.

 

 

 

Le garçon avait alors déclaré à son père Chris qu'avant «d'aller au ciel», il «aimerait être célèbre en Chine... parce qu'ils ont ce pont», en référence à la Grande muraille.

 

La famille avait posté lundi cette conversation sur sa page Facebook «Praying for Dorian» («Prière pour Dorian»), un échange qui, une fois traduit en chinois, est devenu viral en Chine malgré le blocage du réseau social dans le pays.

 

Des milliers de Chinois de tous âges ont ensuite posté sur internet des photos d'eux sur la Grande muraille et d'autres lieux emblématiques, la plupart tenant dans leurs mains des panneaux ou feuilles affichant des messages manuscrits en anglais, ponctués du mot-dièse de la famille, «#D-Strong».

 

 

1.dorian-murray-atteint-cancer-phase-terminale 2.jpg

 

«Les enfants (...) ont tous participé afin de rendre Dorian célèbre en Chine», pouvait-on lire sous la photo d'une classe de maternelle pékinoise.

 

«Dorian, tu es notre champion du monde !», «on prie pour toi !», «j'ai envie de pleurer» sont les commentaires qui revenaient le plus sur le populaire réseau social Weibo, où «D-Strong» était jeudi l'une des expressions les plus recherchées. «J'espère qu'il sera ému et se rétablira», commentait une internaute.

 

«On ne peut réduire les Chinois au tapage, à l'impolitesse et à la saleté», se réjouissait un autre, ravi de cet élan de solidarité permettant selon lui aux étrangers de «mieux connaître la Chine».

 

1.dorian-murray-atteint-cancer-phase-terminale 3.jpg

 

La famille de Dorian s'est déclarée sur Facebook «complètement émerveillée» de la réaction chinoise. L'histoire et la photo de Dorian faisaient cependant la une jeudi du quotidien officiel China Daily, et l'agence Chine nouvelle s'émerveillait de «l'imagination» du garçon, qui «a transformé une (Grande) muraille anti-invasion en un pont reliant les coeurs par-delà les océans».

 

1.dorian-murray-atteint-cancer-phase-terminale 4.jpg

dorian-petit-americain-cancereux-emeut-chinois