14/09/2010

Catherine, jalouse de Carla ?

deneuve.jpgCatherine, jalouse de Carla ?

 

Le diable est aux vaches dans le show-business français et les artistes s'en donnent à coeur joie. Après la presse iranienne qui a traité Carla Bruni de putain entretenue et briseuse de ménage devant le fait que Carla menait une guérilla contre l'exécution de Sakineh Mohammadi Ashtiani, condamnée à mort par lapidation, ne fait pas l'affaire de tous. Carla est littéralement crucifiée sur la place publique, autant par les Iraniens que par les Français.

 

C'est au tour de la has-been Catherine Deneuve d'envoyer Carla au pilori. Au Festival de Venise, sur la Mostra, Deneuve a déclaré qu'étant donné le passé tumultueux de la Première Dame de France, il aurait été préférable qu'elle se taise. Deneuve a pour principe qu'une personnalité publique ne doit jamais donner son avis, soutenir une cause et parler en public. Autrement dit, le showbiz selon Deneuve, c'est soit belle et tais-toi. Surtout ne fait pas de vagues.

 

C'est une réaction assez étonnante étant donné que Deneuve a toujours été reconnue comme une féministe qui avait dit haut et fort, dans les années 70 de grande noirceur, qu'elle s'était fait avorter et n'avait jamais eu honte de vivre en union libre ni de faire des enfants dans la même condition. Deneuve est assez mal placée pour critiquer la conduite et la vie de Carla Bruni. Star parmi les stars, Catherine Deneuve a fait rêver le public et tourné plus de cent films avec les plus grands (Jacques Demy, Luis Buñuel, Claude Lelouch, Claude Berri, André Téchiné...). Femme passionnée, elle a vécu avec le réalisateur Roger Vadim (avec lequel elle a eu un fils, Christian, le 18 juin 1963), puis épousé en 1965 le photographe David Bailey (dont elle s'est séparée deux ans plus tard), aimé le réalisateur François Truffaut, l'acteur Marcello Mastroianni (avec qui elle a eu une fille, Chiara, le 28 mai 1972), le businessman Bertrand de Labbey (son agent), et l'homme de médias Pierre Lescure dans les années 1980.

 

Mais à 67 ans, Catherine juge qu'elle a acquis assez de maturité pour se permettre de critiquer et juger. Même s'il s'agit de la Première Dame. La féministe qu'elle est nous porte à croire que son bashing sur Carla révèle une certaine jalousie envers elle. Pas drôle de vieillir et de se voir reléguer aux oubliettes alors que Carla, avec sa jeunesse, sa beauté, ses prises de position et son franc-parler brille de tous ses feux.

planete.qc.ca